Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Félciano Gomez

Ils prennent les armes et s'en prennent aux populations. Mais que personne ne s'avise de s'en prendre à eux. Sinon ils décapitent.
Ils recrutent dans toutes les Nations. Mais qu'aucune Nation ne s'avise de se défendre contre eux. Sinon ils décapitent.
Ils se cachent, se terrent, dissimulent leurs visages. Mais que personne ne relève la tête devant eux. Sinon ils décapitent.
Ils se drappent d'obscurité et hissent l'étendard noir. Mais que nul n'y voit le symbole de leur ignorance et la couleur sombre de leur âme indigente. Sinon ils décapitent.
Leurs proies sont des journalistes en quête de vérité. Leurs proies sont des chrétiens épris d'une autre vérité.
Leurs proies sont des musulmans récusant leur vérité.
Leurs proies sont des innocents pris au hasard parmi ceux qui portent le nom des Nations combattant leur obscurité.
Il est lâche celui qui ne peut combattre à visage découvert.
Il est lâche celui qui ne peut faire face à une vérité autre sans sortir son couteau.
Il est lâche celui qui tue l'innocent au nom des péchés supposés d'un autre.
C'est la lâcheté qui a assassiné Hervé Gourdel. Car le terrorisme est une lâcheté.
Les hommes, les vrais, se combattent à visages decouverts, face à face, vérité contre vérité, armes égales.
Serpents tapis dans les sables du désert, mordant sournoisement et au hasard le voyageur ou le pélerin, le terroriste prétendument islamiste n'est qu'un sous-homme, un animal à barbe, une incongruité. Je lui crache mon deuil à son visage enturbané.
Repose en paix Gourdel.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article