Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

Selon un tract largement diffusé sur nos marchés ce dimanche, et dans bien d'autres endroits de la ville, monsieur le maire tient au succès de sa divine initiative, la cérémonie interreligieuse annoncée pour ce lundi 2 février, serait le témoignage de l'engagement sans faille de notre mairie pour la tolérance et le respect.

#Asnières, cérémonie interreligieuse: Aeschlimann s'engage pour la tolérance et le respect. Faut-il en rire ou en pleurer ?

Vous avez dit respect et tolérance?

Vous avez bien lu: notre mairie s'engage pour la tolérance et le respect. Mais ne lui demandez pas de mettre fin aux fonctions d'un nouvel agent municipal tenant des propos antisémites, anti-chrétiens et homophobes?

Vous avez dit tolérance et Respect? La mairie d'Asnières compte parmi ses élus de la majorité une adjointe au maire qui relayait des propos publié par les plus enragées des pages des amis de Dieudonné MBala MBala.

Vous avez dit tolérance et respect? Ce sont sans doute les valeurs qui ont conduit le nouveau maire d'Asnières à faire alliance avec les catholiques radicaux de la Manif Pour Tous.

Vous avez dit tolérance et respect? Bien évidemment. Puisque le maire n'a pas daigné associer l'opposition, ni même la consulter en quoi que ce soit, dans la mise en œuvre d'une quelconque initiative dans le cadre des actions à mener pour améliorer le vivre ensemble dans notre ville et préserver nos jeunes de la radicalisation. Pourquoi respecter et tolérer son opposition quand on veut promouvoir... la tolérance et le respect?

Vous avez dit tolérance et respect? Ben voyons! Ce matin, à la fin de la messe dominicale à St Joseph des Quatre Routes, notre curé nous a expliqué pourquoi son nom ne figurait pas parmi la liste des religieux invitant à la fameuse cérémonie interreligieuse. Il a réclamé en vain que soient associés à cette démarche ceux qui ne croient pas, mais aussi le monde associatif, toutes ces personnes du terrain qui travaillent au quotidien pour le vivre-ensemble. Mais visiblement, ce prêtre courageux et investi dans son quartier auprès des associations et dans le dialogue avec les autres confessions relgieuses, ignorait que la tolérance a des limites à Asnières depuis le mois d'avril dernier.

Messieurs les curés, rabbin, imam et pasteur,

Vous qui avez apposez vos noms sur cette invitation, je ne doute pas un seul instant de vos attachements respectifs à ses valeurs. Vous n'ignorez sans doute rien du piège qui vous est tendu. Vous vous dites peut-être que ceci vaut mieux que rien, car en effet, il n'y aurait rien dans notre ville si cette cérémonie interreligieuse n'a pas lieu.

Mais pour une ville comme la nôtre, fière de sa diversité, de sa jeunesse, de ses talents, de ses associations, de ses personnes ressources, faut-il se contenter d'un simple "mieux que rien"? Ne vous appartient-il pas, de par votre mission sacrée, d'exiger le meilleur pour le peuple, celui dont font partie vos fidèles?

Votre ministère de vérité ne vous impose-t-il pas de ne jamais vous éloigner de celle-ci quelles que soient les circonstances? Sommes-nous dans la vérité lorsque le maire refuse toujours de désigner par leur nom les attentats terroristes des 7 et 9 mars, les qualifiant simplement d'"événements dramatiques"? Vos noms sont apposés au dos de ce tract qui ne comporte aucune condamnation formelle de ces attentats, aucune mention de solidarité avec les victimes si ce n'est l'hommage à leur rendre? Cautionnez-vous cela?

#Asnières, cérémonie interreligieuse: Aeschlimann s'engage pour la tolérance et le respect. Faut-il en rire ou en pleurer ?

Ce tract nous apprend que la prochaine cérémonie sera le début d'une action qui se poursuivra avec vous, tout au long du mandat, action considérée par ailleurs comme la propre pierre de la municipalité à l'édifice de la tolérance et du respect. Votre action et l'action de la municipalité font-elles donc une?

#Asnières, cérémonie interreligieuse: Aeschlimann s'engage pour la tolérance et le respect. Faut-il en rire ou en pleurer ?

Sommes-nous encore en pays de laïcité? La religion et son expression, les religieux et leurs actions, sont-ce là des éléments légitimes d'actions municipales?

Il y a dans notre ville un effacement de la République qui à terme sera préjudiciable à tous. Ce serait dommage que les religions en soient complices.

Aux prêtres catholiques qui accompagnent cette initiative

Je voudrais rappeler ces paragraphes de Evangelii Gaudium de notre pape François. Elle rappelle la place qui est la nôtre auprès des responsables publics. Pour mémoire, ces paragraphes précèdent de peu ceux consacrés au dialogue œcuménique ou interreligieux. Tout un symbole pour nous rappeler, s'il en était encore besoin, que le dialogue avec la société politique est une chose, le dialogue avec nos frères croyants, une autre. Le mélange des genres n'est jamais porteur d'avenir.

Je laisse parler le pape:

"Il revient à l’État de prendre soin et de promouvoir le bien commun de la société. Sur la base des principes de subsidiarité et de solidarité, et dans un grand effort de dialogue politique et de création de consensus, il joue un rôle fondamental, qui ne peut être délégué, dans la recherche du développement intégral de tous. Ce rôle, dans les circonstances actuelles, exige une profonde humilité sociale.

Dans le dialogue avec l’État et avec la société, l’Église n’a pas de solutions pour toutes les questions particulières. Mais, avec les diverses forces sociales, elle accompagne les propositions qui peuvent répondre le mieux à la dignité de la personne humaine et au bien commun. Ce faisant, elle propose toujours avec clarté les valeurs fondamentales de l’existence humaine, pour transmettre les convictions qui ensuite peuvent se traduire en actions politiques." (Evangelii Gaudium, § 240-241)

On n'a pas à nous déléguer les fonctions qui relèvent de l'autorité publique, et on n'a pas à nous enfermer dans un entre-soi religieux. Nous devons exiger encore et toujours un dialogue en vérité avec les diverses forces sociales. Où sont ces forces sociales dans le rendez-vous du 2 février?

Porterez-vous, Père Piallat et Père de Chevigny, la responsabilité d'une complicité avec les obscurs desseins du maire d'Asnières en ce jour où nous fêtons en notre Eglise la lumière?

Commenter cet article

electricien paris 01/02/2015 23:19

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement