Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

Ce soir nous avons perdu les élections à Asnières. Nous sommes des êtres de chair. Et nous en avons pris plein la tronche. Sébastien Pietrasanta a beaucoup pris dans ce combat. S’il a tenu parce qu’il croyait en la justice, il tenait encore plus par sa foi en ceux pour qui il se battait, ceux pour qui il s’est toujours battu. C’est pour lui que je tenais à écrire ces quelques lignes avant d’aller chercher un sommeil qui ne viendra pas.

L’adversaire a dix points d’avance sur nous. En vérité, ce ne sont pas dix points qui nous séparent, mais tout un monde. C’est sans doute la raison pour laquelle cette défaite me laisse à ce point sans amertume. Ils ont gagné dans un monde, quand nous, nous concourrions dans un autre. Nous ne sommes pas eux. Et c’est une telle satisfaction de n’être pas de leur monde.

#ASNIERES: le triomphe sur un tas de fumier

Ils ont gagné dans un monde de haine

On a rarement vu autant de haine déferler sur les urnes qu’à ces élections Asniéroises. La campagne menée par Aeschlimann n’était pas faite d’abord pour gagner, mais détruire ses adversaires.Dans cette folie destructrice, nombre de nos concitoyens, aspirant à la tranquillité et n’ayant pas les armes nécessaires pour distinguer le vrai du faux, ont choisi de se tenir à l’écart de ce qu’ils ont cru à tort être un combat de rue. C’était l’effet recherché. Ils se sont laissé prendre au piège d’Aeschlimannn qui, attisant ici la haine des aigris, a démobilisé là les hommes et les femmes de bonne volonté.

Ces forces positives de notre ville n’étaient pas assez nombreuses aujourd’hui pour épargner à notre ville cinq années de malheurs inévitables. Le brouhaha des tracts orduriers, de la haine qui se colporte de bouche à oreille, ne cessera pas de si tôt. Pourquoi changer une méthode gagnante.

Mais nous devrons trouver les mots, le ton, les moyens de nous adresser à toutes ces femmes et tous ces hommes de bonne volonté pour faire triompher leur monde. Nous n’avons pas le choix, nous ne pouvons laisser la haine triompher pour toujours.

Ils ont gagné dans un monde de mensonge

C’est simple. Aeschllimann ne peut pas vivre dans la vérité. Celle-ci est pour lui une condamnation immanente et permanente. Il vit dans le mensonge. C’est plus simple de dire que les socialistes ont fait intervenir Mme Taubira pour annuler les élections que de reconnaître les pressions exercées par les gens de son camp et qui ont conduit à l’annulation des élections. C’est plus simple d’accuser ses adversaires de mille maux pour cacher qu'il est le seul à avoir été condamné à de la peine de prison avec sursis et à de l’inéligibilité. C’est plus simple de mentir que de dire la vérité. Dans une campagne courte, très courte, on peut compter sur le temps du mensonge qui va beaucoup plus vite que celui de la vérité, toujours plus lente à s’imposer.

Nous avons désormais le temps d’un mandat. Suffisant pour que la vérité rattrape le menteur et le confonde. Mais nous devrons trouver là aussi les moyens de faire entendre cette vérité au-delà du boucan des casseroles aeschlimanniennes. Car la vérité a un défaut, elle ne fait pas de bruit. Il faudra pourtant la rendre audible.

Ils ont gagné dans un monde parallèle

Les demandeurs de logement ont reçu un courrier. Chacun d’eux est certain qu’il passera avant l’autre. Les demandeurs de place en crèche ne sont pas en reste. Et comme cela ne suffisait pas, Aeschlimann a affirmé sur ses affiches et tracts qu’il a fait baisser le chômage à Asnières. Et apparemment des gens l’ont cru. On est aux frontières du réel. On nage en plein surréalisme. N’importe quel esprit bien fait devrait crier « non, c’est trop beau pour être vrai ». Mais on les a amenés là, aux frontières d’un monde où se perdent tous repères de la réalité.Nous le savons. Et les cyniques qui les ont conduits à ces extrêmes savent que chacun d’entre eux perdra ses illusions. Ils préparent déjà l’illusion suivante.

Et nous devons nous tenir prêts dans ce monde-ci, celui de la réalité, cette réalité qui n’oubliera pas de rattraper les uns et les autres. Prêts et en mesure de bâtir une espérance sur la désillusion, redonner envie quand le dégoût aura tout submergé.

Ils ont gagné dans un monde amoral

La campagne d’Aeschlimann était simple. Une seule maxime : tous les moyens sont bons pour gagner. Et il ne s’est pas privé.

Nous devrons convaincre que politique rime avec éthique. Que nous ne sommes pas tous pourris. Que ce n’est pas celui qui crie le plus fort qui a raison. Nous devrons démontrer qu’en politique la vérité existe et que souvent elle n’est pas ce à quoi nous sommes spontanément tentés de croire. Qu’elle est complexe.

Nous avons perdu et le monde de notre défaite me paraît soudain moins cruel que celui de leur victoire. C’est un plaisir de se battre pour la justice, la vérité et le vivre-ensemble chaleureux et généreux. Sans fausse modestie, je crois avoir combattu avec des gens bien, avec des gens de bien. Et j’aime leur monde. Je m’y tiendrai.

Quant à eux, ils plastronnent sur leur tas d’immondice, trône purulent d’un règne qui déjà exhale la fétide odeur de sa nature profonde. Rester à l'écart de ce monde et faire la preuve qu'en politique tout n'est pas pourri.

Commenter cet article

dac 23/06/2015 23:37

Cher monsieur,

J'ai gardé un bon souvenir du travail que nous avions fait ensemble fut un temps où vous m'invitiez à trouver des activités pour les jeunes des quartiers moins favorisés d'Asnières.
cependant, je suis étonné que vous n'ayez pas vu à quel point S.P. a perdu toute crédibilité auprès d'une partie de la population d'Asnières. Cela ne signifie pas qu'Asnières soit divisée en 2 mondes, un beau et propre et l'autre portant les qualificatifs que vous lui attribuez. Oui, chez chaque asnièrois, il y a un peu des 2 tempéraements, et au moment de faire un choix certain ont pris l'un des packages avec son pesant de bien et de moins bien. C'est tout simplement cela. EN ce qui me concerne, le meneur de votre équipe, qui a fort bien communiqué pendant toute la campagne (et sans doute mieux que son adversaire) n'a fait qu’accroître mon incrédulité dans son propos. à mes yeux, l'explication du résultat tient en bonne partie à cela. Je crois et je souhaite que tous les asniérois continuent de bine vivre ensemble sans chercher à alimenter une division en soi disant 2 mondes, ce qui serait le plus mauvais service à rendre à ces habitants, qui sont tous respectables avec leurs défauts et leurs qualités , et autant S. P. que M. E. Cordialement.

Féliciano 24/06/2015 14:54

Madame ou monsieur, j'avoue ne vous avoir pas idnetifié, mais peu imorte, je m'honore d'avoir un temps croisé votre route pendant mon mandat d'élu et ce d'autant plus que cette rencontre s'est nouée autour de projets pour nos concitoyens.
Vous attribuez notre défaite, et vous avez sans doute raison, au discrédit de notre champion. Vous affirmez même qu'au fur et à mesure de la campagne votre incrédulité augmentait vis-à-vis de Piétrasanta.
Sébastien est un ami. Nous nous connaissons depuis les modestes locaux d'Asnières Quartier Libre, association qu'il a fondée aux Courtilles pour faire du soutien scolaire, un restaurant associatif, lutter contre les discriminations... Il sortait à peine du lycée, je commençais à peine à sortir des galères de l'étudiant étranger pour m'installer dans une vie professionnelle et familiale durable.Et vous pouvez me croire quand je vous dis que cet homme attaché et attachant n'a pas disparu.
Son discrédit a été méthodiquement construit par Aeschlimannn qui l'a accusé de tous les maux et lui a fait tous les procès du monde sans qu'il y en ait jamais un qui aboutisse. Je l'ai vu souffrir de publication d'indemnités imaginaires, lui qui a installé une commission indépendante et transparente de citoyens pour l'attribution aux associations de sa réserve parlementaire sans volonté de clientéliser les électeurs. Je l'ai vu littéralement se décomposer quand on l'a accusé d'avoir autorisé le tournage d'un film porno en mairie. Accusation pour laquelle Aeschlimann sera condamné dans les mois à venir, raison pour laquelle il n'en parlait plus dans sa communication de campagne. Oui Aeschlimann avait tout intérêt à amener le débat là et il a bien réussi. J'ai participé aux prises de décision quant à la communication de notre campagne. J'ai pris part aux longs débats, faut-il répondre, faut-il ne pas répondre? Répondre et prendre le risque de se salir? Ne pas répondre et prendre le risque de laisser croire que ce qui est dit est vrai?
Nous avons perdu? Signe que nous n'avons pas fait les meilleurs choix. Mais je me battrai encore et encore pour l'honneur d'un homme qui, malgré ses défauts et ses insuffisances, n'a pas mérité le discrédit que Aeschlimannn lui a fait subir. J'aime la vérité et la justice. Et il faut toujours du temps, beaucoup de temps pour établir l'une et rétablir l'autre
Il y a bien des manières de la faire de la politique de manière honorable. Et ce monde d'une politique éthique que j'oppose à l'autre univers d'une politique machiavélique telle que les Français, vous et moi, ne veulent plus. Avec vous, je souhaite que les Asniérois continuent de vivre bien ensemble. Et j'agirai dans ce sens. Mais ce n'est sans doute pas l'état d'esprit qui prévaut aujourd'hui.
Je vous remercie pour votre contribution positive et constructive.
Au plaisir de mettre un jour un visage sur vos propos.

Bertrand 22/06/2015 17:37

En fait vous vous êtes les gentils et l'autre côté ce sont les méchants c'est bien ça?

Vous avez mené une campagne complètement clean, sans jamais utiliser de bassesse en public ou en privé alors que vos concurrents n'hésitaient pas une seconde?

Je sais que tout est permis dans une campagne et que se faire passer pour une blanche colombe était alors de bonne guerre... mais continuer une fois que tout est terminé est quand même assez pitoyable.

Vous avez fait annuler une élection, gaspillé du temps et de l'argent (300 000 euros aux frais du contribuable), publié et distribué des tracts puants qui n'avaient rien à voir avec une vision de ce que vous vouliez pour Asnières (allez lire sur la page officielle de Pietra Santa il y a même une femme qui avait voté en 2014 pour vous qu'il ne l'a pas fait en 2015 pour cette raison) et là vous venez pleurer?

Je ne parle pas du vrai/faux cambriolage de votre permanence avec les gros sous entendus. C'est clair que Aeschlimann avait carrément intérêt à faire ça, aller voller des gommes et des taille crayons pour faire re- annuler une élection pour laquelle il ne lui manquait même pas 2% avant de se ré-installer dans son siège de maire.

En 2014 Pietra Santa avait manqué de Fair play une fois qu'il avait perdu... sous prétexte que les 70 voix ne donnaient pas une "vraie" victoire à Aeschlimann. Aujourd'hui vous vous faites écraser par le poids de l'élection (10 points mon pote) et rebelote, un tweet nauséabond de la part de Pietra.

Mais bon sang qui est à la com chez vous? Qui ne lui a pas dit:

" Ecoute Seb on sait que ça va te faire mal mais fait semblant d'être un bon républicain, de respecter tes électeurs. Fais comme Sarko en 2012 et montre aux gens que tu es au dessus de ça, un vrai gentleman ".

Donnez moi son numéro et je lui donne 2-3 conseils à l'oeil.

Ce résultat est la preuve:

1/ Qu'Aeschlimann avait bien gagné en 2014
2/ Que ses électeurs (les votres aussi en fait) sont contents de son année au pouvoir
3/ Que Seb n'est plus kiffé à Asnières et qu'il est temps d'aller voir un orthophoniste pour gérer ce zozotement insupportable (je parle pas des phrases de ses interview Youtube qui sont à peine compréhensibles).

Bordel remettez vous en question, arrêter de pleurer en faisant comme si le gentil avait été écrasé par la méchanceté de votre concurrent.

Ou alors on fait simple, arrêtez la démocratie et imposez une dictature pour que les gens arrêtent de voter.

Feliciano je ne vous félicite pas.

Berg from Bergistan

henry 22/06/2015 14:05

Snif je vais pleurer

zouzou 22/06/2015 23:52

300.000 euros ça fait cher les 70 voix ......

dias 22/06/2015 17:44

Qu'elle beau discours vous me faites rire en parlant de la sorte vous n'avez pas vu tout ce qui s'est passer de votre côté cher monsieur. Moi je tenais un bureau de vote dimanche et des jeunes sont venu menacer des électeurs et ce n'était pas des jeunes ump alors vous allez me dire oui mais Monsieur Aeshliman à fait pareil.Votre gueguerre de caniveau m'ont écoeuré et je ne suis pas la seule car votre asseceur PS qui était assecevec moi était tout aussi écoeuré. Une honte redresser un peu la tête Messieurs ils vous manque beaucoup de classe et de valeurs