Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

#Asnières Législatives: Chantal, la candidate qu'il nous faut

Nous sommes maintenant à trois semaines des élections législatives. Les citoyens devront faire un choix éclairé, un choix qui sera décisif dans la recomposition du paysage politique à l’œuvre, mais surtout un choix où seule doit compter la capacité véritable de leur futur député à les représenter dignement et véritablement, à défendre honorablement l’intérêt général et le bien commun, à se consacrer avec abnégation à la dure tâche du service législatif. Quelles sont les aptitudes personnelles et les qualités de nos principaux candidats ?

Représenter dignement et véritablement le peuple

Tout député représente la Nation tout entière. C’est pourquoi l’Assemblée Nationale doit être à l’image du pays réel.

Envoyer Marie-Do Aeschlimann à l’Assemblée, c’est envoyer une énième femme de tel ou tel, ou le compagnon de telle ou telle, des gens qui ont fait leur carrière politique dans l’ombre de leur conjoint, et qui bien souvent n’ont rien connu d’autre que l’accompagnement politique de celui ou celle dont ils partagent la vie. Il y a déjà une surreprésentation de cette catégorie au Palais Bourbon. Mme Aeschlimann a été de ces femmes employées comme assistantes parlementaires de leurs conjoints. Elle est aujourd’hui adjointe au maire, son mari, conseillère régionale. C’est d’abord son mari qui a été investi, sans doute avec l’espoir que la loi sur le non cumul des mandats sera abrogée par la droite à qui on promettait la victoire (pendant la primaire de droite, M et Mme ont soutenu Sarkozy qui promettait cette suppression). Fillon ayant refusé la suppression de cette loi, c’est madame qui reprend le flambeau malgré ses deux mandats en cours. Cherchez l’erreur. De toute évidence, madame n’est pas candidate pour représenter le peuple mais son mari. Ce n’est cela la fonction d’un député.

M. Taquet, à qui l’on peut reprocher d’être parachuté sur notre circonscription, a, selon moi un bien plus grand handicap pour prétendre représenter dignement et véritablement le peuple. Il doit son investiture plus à sa proximité avec le chef de l’Etat qu’à un véritable appétit pour représenter le peuple et porter ses aspirations profondes. A l’Assemblée, M. Taquet sera  le serviteur des volontés du président au détriment de la séparation des pouvoirs et des désirs du peuple.

Le peuple a envie de changements profonds et radicaux pour plus de démocratie et prise en compte de ses aspirations collectives. C’est en cela que Chantal Barthélémy-Ruiz est la meilleure candidate. Femme de terrain, elle est engagée dans sa vie professionnelle comme dans son militantisme associatif auprès des populations les plus fragiles, mobilisant les énergies de tous, y compris des plus grandes institutions pour résorber les fractures de notre société. Femme de dialogue et d’écoute, elle connaît mieux que les deux autres candidats le cœur et les aspirations des Asniérois et des Colombiens. Et maintenant que le Parti Socialiste est à l’agonie, on ne peut même pas la soupçonner d’aller y défendre des intérêts partisans ou d’aller y attiser les querelles anciennes des idéologies moribondes. Elle n’a pas fait de la politique une profession. Elle ne fait pas de la politique pour rendre service à un président qui serait son ami. La politique est la suite d’une vie d’engagement au service des Français de tout bord. Chantal ne nous trahira pas à l’Assemblée.

 

Défendre honorablement l’intérêt général et le bien commun

Chantal apparaît clairement, au regard de ce qui précède, qu’elle est la seule à même de servir l’intérêt général. Débarrassée de la lourdeur d’un parti en pleine crise schizophrénique, sa seule boussole sera la défense du bien commun des Français.

Marie-Do Aeschlimann, avec son parti, veut aller s’opposer au gouvernement. Ceux qui veulent s’opposer aveuglément au gouvernement ont donc un choix aveugle à faire : Mme Aeschlimann.

Ceux qui sont d’accord avec l’ensemble du programme Macron et veulent soutenir aveuglément ses mesures, y compris celles qui seront les plus dures avec les plus fragiles, ont aussi un choix simple à faire : M. Taquet.

Mais entre l’opposition aveugle, et la docilité servile, il y a le chemin exigent d’une représentation éclairée, favorable aux mesures opportunes aux intérêts de tous pour les soutenir, vigilante pour dénoncer et combattre toutes autres mesures destinées à renforcer la puissance des forts et les fragilités des plus faibles. Voilà  ce que vous propose Chantal : défendre d’abord vos intérêts, ensuite vos intérêts et enfin vos intérêts.

 

Se consacrer avec abnégation au travail législatif

A l’heure où la Nation toute entière aspire à des changements profonds, faire des lois nouvelles et justes, capables d’opérer les changements attendus sans altérer les solidarités acquises et accroître les inégalités persistantes, voilà une tâche qui nécessite qu’on s’y consacre pleinement et véritablement. La législature qui s’annonce, par l’ambition qu’elle porte au nom de tout le peuple, aura fort à faire. Les débats parlementaires seront longs et rudes. La nécessité de conciliation et l’aptitude à la négociation seront de mise. Les travaux préparatoires et en commission seront indispensables.

Nous savons que Chantal se consacrera entièrement à cette tâche sans autre engagement ni mandat. Nous savons qu’elle est une travailleuse acharnée et rigoureuse, pointilleuse et perfectionniste dans tout ce qu’elle fait, parfois au détriment de sa propre santé. Et plus que tout, elle a à coeur de rendre compte de ce qu'elle fait à ceux qui lui ont donné mandat.

A Asnières, nous n’avons plus à démontrer l’incompétence de Mme Aeschlimann, se mêlant de tout sans jamais parvenir à remplir correctement les missions qu’on lui a confiées. Pire, nous savons vers quoi tendent ses orientations idéologiques. La part prépondérante prise dans les affaires scolaires de la ville par Sens Commun et ses allumés catho tendance fanatique fait chaque plus de dégâts autour de nous. Les outils de réussite éducative mise en place par l’équipe Pietrasanta et Mme Baillet ont été défaites les unes après les autres. Quant à son mandat de Conseillère Régionale, on ne sait toujours pas à quoi il lui sert, en dehors des indemnités qu'elle en tire. Marie-Do Aeschlimann n’est simplement pas à la hauteur des exigences de notre temps pour un travail législatif sérieux et consciencieux.

Qu’en est-il de M. Taquet ? Laissera-t-il sa florissante entreprise pour se consacrer entièrement au travail législatif ? Dans quelle mesure sommes-nous assurés que les lois qu’il défendra ne seront pas favorables à son entreprise, aux clients de son entreprise et de son secteur d’activité, aux intérêts privés ? Nous avons encore beaucoup à connaître de M. Taquet. Je suis d'ordinaire de nature à avoir un a priori favorable pour ceux que je ne connais pas. Mais je manquerai à tous mes devoirs si je ne porte pas sur la place publique ces questions minimales que doit se poser tout électeur avant de mettre le destin d’un pays en reconstruction dans quelque main que ce soit.

 

Nous avons une députée à élire et son nom est Chantal Barthélémy-Ruiz. Ses qualités personnelles et ses avantages comparés à ceux de ses concurrents plaident pour elle. Dans les circonstances nouvelles des bouleversements profonds que traversent notre pays, Chantal est une valeur sûre. Sa personnalité et son parcours font d’elle la bonne personne pour cette élection. C’est pour cela que nous pouvons lui faire une entière confiance pour nous représenter dignement, travailler pour l’intérêt de tous, se consacre vraiment et uniquement à son mandat.

 

Commenter cet article