Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

15 bonnes raisons pour voter Manuel Aeschlimann. C’est ce que nous vendaient les militants UMP sur les marchés ce dimanche 6 janvier.

En règle générale il vous suffit d’une bonne raison pour choisir votre candidat. Parfois, par emphase, élégance littéraire ou par attachement au symbolisme des chiffres, on va jusqu’à évoquer trois bonnes raisons pour justifier une action, un choix. Mais 15 ! Pourquoi nous en faut-il autant pour voter pour le maire sortant ? A défaut de certitude, nous en livre-t-on quinze tout en nous laissant le soin d’y trouver une qui soit valable ? Devons-nous plutôt les additionner les unes aux autres pour en faire une acceptable ? Mais nous avons beau lire et relire la production littéraire des créatifs de l’UMP, il faut nous rendre à l’évidence : le compte n’y est pas. Pire, chaque prétendue bonne raison avancée par nos apprentis communicants est une raison supplémentaire pour ne pas voter Aeschlimann. C'est à un point tel que certains arguments avancés frisent carrément l’effronterie.

Il y a toutefois quelque chose de vrai et de fondamentalement positif qui ressort de cette longue argutie : le tract fait bien allusion à un vote qui a lieu les 9 et 16 mars. Ça n’a l’air de rien. Mais ceux qui ont remporté les élections dès le premier tour il y a 7 ans ne la ramènent plus. Ils savent déjà qu'il va certainement leur falloir un deuxième tour. Ce n’est pas de l’humilité. C’est un profil bas qui correspond à la configuration actuelle de la campagne. M. Aeschlimann n’a pas la main. Il l’a si peu qu’il lui faudrait 15 atouts dans son jeu pour gagner. Mais 15 atouts dans un même jeu, ce n’est plus du jeu. C’est au moins de la magie. Mais le maire sait d’ores et déjà qu’il lui faudra plus que de la prestidigitation pour remporter les élections à venir.

Voici pour vous, passés en revue,  les 15 beaux et gros mensonges sensés vous faire prendre le parti du maire sortant.

1 – Une délinquance en baisse : des chiffres invérifiables sortis dont ne sait quelle statistique. Des chiffres qui font violences à ce que nous vivons tous dans nos quariters: vol, trafic, violence contre les personnes, nuisances sonores, voitures brûlées, querelles de voisinage, dégradations d'équipements publics… voilà notre quotidien.

2 – Plus de 600 nouvelles entreprises se sont installées sur la ville : soit un peu moins de 100 par an. En mettant en avant quelques grandes entreprises on nous cache le chiffre des entreprises qui se ferment chaque année. Quel est le solde net de création d’entreprises à Asnières ?

3 – Une gestion durable et maîtrisée des finances locales : un seul chiffre devrait illustrer ce mensonge éhonté : une augmentation de 100% de la dette sur la mandature.

4 – Des investissements importants pour l’éducation de nos enfants : nous partions de loin. Et le chemin est encore long pour que le compte y soit. Mais les montages financiers hasardeux qu’il a fallu faire pour réaliser ces équipements handicapent sérieusement l’avenir.

5 – Un engagement fort pour la petite enfance : heureusement que le tract nous précise que ce n’est pas la une compétence obligatoire des mairies. Mais tout le monde avait  déjà compris que dans cette ville la politique de la petite enfance est en option non prioritaire ni préférentielle. Aeschlimann aussi, Dieu merci. Les ociazlistes ont fait le choix contraire: celui d'un véritable plan Marshall pour la petite enfance.

6 – La solidarité et la cohésion sociale au cœur de ses préoccupations : 12 places en hébergement d’urgence pour une ville de près de 90 mille habitants… ou quand l’aumône tient lieu de politique de solidarité. Que nous révèlerait un calcul simple qui consisterait à faire le ratio de l’investissement social par tête d’habitant en fonction du quartier où l’on habite ? On se rendra très vite compte de la cohésion sociale pratiquée dans notre ville.

7- Un urbanisme à visage humain : c’est ainsi qu’on appelle le bétonnage massif en aeschlimannie.

8 – Une démocratie participative qui a fait ses preuves : ce qui est ainsi poétiquement nommé s’appelle en réalité communautarisme. Il n’y a pas d’Asniérois. Il y a des gens appartenant d’abord à diverses communautés (noirs, antillais, africains, arabes, musulmans, juifs, vieux, jeunes, femmes, hommes…) avant d’être des citoyens d’une ville.

9 – Les Séniors à l’honneur : ce qu'on appelle ici honneur des Séniors est en fait une rélégation. Alors que nos aînés ne demandent qu'une chose: s'investir pleinement dans  le tissu social, associatif et même économique de leur ville.

10 – Le sport et les clubs sportifs largement encouragés : qui a déjà croisé un stade de foot dans le sud d’Asnières ? Que fait-on pour redonner son aura à notre club de volley, véritable porte flambeau de notre ville ?

11 – Politique de soutien à l’emploi : on comprend pourquoi le tôt de chômage chez nous est supérieur à la moyenne nationale. Le maire s’en occupe.

12 – Un engagement quotidien pour la culture : On rappellera juste, pour la mémoire de nos concitoyens, le gros travail fait par M. Riera, ancien chef de fil des socialistes, pour la réalisation de la médiathèque Alexandre Jardin et le travail de Piétrasanta à la Région où il siège pour débloquer l’aide de son institution.

13 – La ligne 13 prolongée et de nouveaux parkings créés : combien la ville a-t-elle investie dans cet ouvrage ? Combien d’années d’obstruction du département où siègent les amis du maire ? On devrait dire merci à la région dirigée par les socialistes. On se prend à rêver que si les socialistes étaient saisis du dossier du parking centre ville, les choses seraient mieux menées.

14 – Préservation de notre environnement et du développement durable : il y aurait 13000m2 d’espaces verts nouveaux créés dans cette ville et nous ne nous en sommes pas rendu compte. Et pour cause : cela représente l’équivalent d’une chambre à coucher (13 à 15m2) pour 100 habitants. Vous parlez d’un exploit !

15 – Une démocratie exemplaire : N’en jetez plus. Fermez les bans. Allez-y! riez de bon cœur. Je crois après tout que j’ai eu tort de prendre ce document au sérieux. Ils ont vraiment décidé de nous faire marrer. Quatre conseils municipaux nocturnes par an, avec la police nationale pour faire la discipline … Vous parlez d’une exemplarité…

Et cette collection de mensonges se prétend une campagne propre.

Avant de vous quitter, laissez-moi vous donner une seule bonne raison pour voter Piétrasanta aux élections de mars : Sébastien vous prendra toujours au sérieux, parce qu’il sait que cette ville, c’est vous qui la faites. Aeschlimann en vivait. Sébastien la fera vivre avec vous.

Commenter cet article