Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

Ils ne diront pas qu'ils n'ont pas été avertis.

Au conseil municipal de jeudi dernier il n'a été question que de ça : leurs absences à répétition aux diverses manifestations publiques et /ou officielles organisées par la municipalité.

Cette fois ils ne pourront pas nous servir les excuses  habituelles de leur travail. Nous sommes dimanche.

Qu'est-ce qui a donc empêché le couple Aeschlimann de venir à la commémoration de l'abolition de l'esclavage ?

Qu'est-ce qui a retenu le député Manuel Aeschlimann pour qu'il brille par son absence ?

Où donc était passée la conseillère régionale Marie-Dominique du même nom ?

Pourquoi aucun élu de l'opposition, pas même M. Dechenoy, n'a trouvé le temps ce dimanche à 11h pour s'associer à cet exercice  de mémoire ?

 

Une caméra pour les représenter

Ils ont néanmoins dépêché sur les lieux leur caméraman attitré. Caméra au point, loin de s'en tenir à une approche objective et un reportage factuel, cet individu a fait l'option de la polémique. Attirant au loin les jeunes artistes grapheurs ainsi que Mlle Philémy qui venait d'exécuter magistralement la marseillaise pour soit disant les interviewer, la seule question qui l'intéressait était de s'en prendre au maire dont l'entourage serait truffé d'individus xénophobes détestant les noirs.


S'il faut s'en tenir à ce seul représentant revendiqué de l'opposition à cette cérémonie, devons-nous en conclure que les chefs de cette opposition n'ont rien compris à l'histoire ?


Cet acte est plutôt en cohérence avec ce qu'a été l'exercice du pouvoir du couple.

Les Aeschlimann et de l'UMP local n'ont jamais compris comment construire localement une cellule forte et vivante de l'unité républicaine. Celui qui se faisait le chantre habile du communautarisme, ne peut rien comprendre à la communauté communale si ce n'est à travers ce prisme. Celui que les autres n'intéressent que dans la mesure où leur différence peut servir sa cause électorale ne trouve plus d'attrait aux choses qu'il a faussement affublées d'un manteau communautaire et ethnique quand il n'est pas candidat.


Oui, M et Mme Aeschlimann ont probablement estimé qu'ils n'avaient pas leur place dans une commémoration voulue comme une communion alors qu'il y a tellement d'ingrédients dont ils auraient volontiers fait une affaire communautaire. En cela ils ont eu raison finalement de ne pas venir et d'envoyer un caméraman amateur jouer à leur place le trublion communautariste.


Commenter cet article

walkmindz 11/05/2009 09:13


 
La journée des noirs made in France
Les festivités commémoratives en tout genre déculpabilisent les uns et valorisent les autres.
Quand les pro-black professionnels et les anti noirs naturels s’allient, on obtient de bonnes émissions de télévision
De la guerre des mémoires jusqu’à ceux qui n’apprennent jamais rien, l’ignorance a un bel avenir communautariste devant lui.
Quand la France s’excuse d’être elle-même en légalisant la promotion discriminatoire, les dépositions passent pour du progrès.
La suite ici :
http://souklaye.wordpress.com/2009/05/10/post-it-la-journee-des-noirs-made-in-france/

GOMEZ FELICIANO 12/05/2009 10:15


L'histoire des peuples est celle de leurs rencontres, de leurs conflits et de leurs guerres souvent, de leur réconciliation et de leur amitié heureusement, mais aussi de leur fraternité naturelle,
de leurs alliances parfois millénaires.
La rencontre du peuple noir avec l'occident s'est faite sous le signe de la tragédie,  celle de l'esclavage. Cette rencontre fait partie de notre histoire. Nous devons la regarder en
face. Il n'y a pas ici question de guerre des mémoires. Il y a la mémoire d'une histoire commune, qui a mal commencé, certes, mais dont nous essayons de conjurer ensemble les conséquences
négatives pour que cette rencontre produise une amitié féconde et un respect mutuel. 
La France, notre Nation, s'est donné pour mission de construire la Fraternité. Elle s'y emploie, ne vous en déplaise.