Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

  J’ai été absent une partie de la semaine. Ce qui ne m’a pas empêcher de vivre directement ou par procuration les faits marquants de ma commune. J’ai retenu pour vous quatre événements de cette semaine qui vient de s’achever à Asnières.

 

Vendredi : la soirée des jeunes diplômés.

Je n’y étais pas. On m’a dit que ce fut un très grand succès. Et puisque ce sont les jeunes eux-mêmes qui me l’ont dit, on ne pourra pas m’accuser de faire de la propagande.

 

« Fière d’être française »

Celle qui me parle m’avait invité à « sa » cérémonie d’entrer dans la citoyenneté. Il faut des circonstances exceptionnelles pour que je rate cette cérémonie. Mais j'étais en déplacement. C’est pourquoi ce samedi matin, alors que nous venions de déposer elle et moi nos enfants au catéchisme, elle a tenu à partager avec moi son émotion et sa fierté. « Et maintenant ? » lui ai-je demandé. « Mais je vais pouvoir voter ! » me rétorqua-t-elle, l’air vraiment surprise que ce qui lui paraît une évidence m’échappe à ce point.

 

La votation citoyenne sur la privatisation de la poste.

Chez nous, comme partout en France, ce fut un grand succès. On annonce plus de 2 millions de participants. Le gouvernement devrait y regarder par deux fois avant de traiter cette démarche par-dessus la jambe.

Sarkozy et les siens devraient commencer à réfléchir au lieu de continuer allègrement à nous raconter des bobards. Non, il n’est pas besoin de changer le statut de la poste pour la rendre compétitive sur un marché concurrentiel.

Le ministre de l’industrie, devrait réviser ses fiches car les fariboles qu’il nous raconte depuis des semaines ont daté. Les citoyens le savent désormais. Malgré les cris de vierge effarouchée de ces messieurs qui nous gouvernent, nous savons que la loi ne pourra pas garantir le maintien du réseau de la poste en l’état.

Le ministre nous dit qu’il inscrira dans la loi le maintien des 17000 points postes. Soit ! Mais dans combien d’épiceries et de boulangeries ? Ce que veulent les français ce sont des bureaux de poste, de vrais.

Ils nous garantissent un capital détenu à 100% par des fonds publics. On nous a déjà fait le coût après avoir changé le statut de GDF.

A Asnières comme partout en France, nous voulons de vrais postes. Faites un tour à poste des Bourguignons ou à celle des Maurinoux et dites-moi comment on peut nous garantir l’amélioration prochaine des conditions d’opération quand le profit et le profit seul sera devenu la règle !

 

La rénovation du parti socialiste

Je le sais. Les socialistes n’intéressent que lorsqu’ils se déchirent entre eux. Quand ils organisent une consultation interne pour redonner du souffle à leur organisation, tout le monde regarde ailleurs.

A Asnières c’est par dizaine qu’ils se sont déplacés pour aller s’exprimer sur les propositions faites pour rénover les pratiques.

On nous avait annoncé une abstention record. Ce ne fut une participation exceptionnelle. Il n’y a personne pour faire remarquer que les militants et le parti ont choisi à une majorité écrasante la fin du cumul des mandats, la parité intégrale pour toutes leurs élections… Personne pour montrer en creux que l’UMP est loin, très loin de s’engager sur une telle voie.

 

Un rien

J’ai découvert sur mon bureau de mairie ce samedi, un tract de Force Ouvrière. Je l’ai lue. J’en ai conclu que le syndicalisme est une chose trop sérieuse pour qu’on le laisse en n’importe quelles mains.

Commenter cet article