Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

Ce soir se tiendra en la  mairie de notre bonne et vieille ville d’Asnières,  le débat sur l’identité nationale voulue par M. Besson.


Que cela soit dit et redit. Ce n’est pas la mairie qui l’organise.


Car si nous considérons qu’un tel débat n’est pas infamant, nous jugeons cependant que les conditions dans lesquelles il se déroule (les fins inavouées auxquelles il est sensé servir  ainsi que la période que nous vivons faite de grande détresse économique et sociale et en plus une période électorale) ne sont pas propices à en assurer la sérénité et à lui garantir des fruits qui servent l’intérêt supérieur de notre Nation.

A titre personnel, et à l’instar du maire de notre ville, j’appelle à l’arrêt de ce débat devenu honteux au regard de ces conditions-là. Car ici comme ailleurs, Sarkozy et ses affidés, par je ne sais quelle prouesse, ont réussi à transformer en n’importe quoi ce qui, en d’autres mains, aurait pu être un formidable moment d’élan national où nous nous tournons les uns vers les autres pour nous élever mutuellement. Au lieu de quoi, tel un torrent de boue, ce débat continue inexorablement son chemin, chavirant ses immondices de haine et d’ostracisme, emportant sur son passage, pan après pan, des éléments constitutifs du mur dont nous avons fait notre unité nationale et notre fierté républicaine.


J’ai lu sur un blog ami qu’on faisait reproche à la municipalité d’ouvrir ainsi large les portes de la maison commune à l’étape asniéroise de ce remue-merde.
On nous y conseille à mots couverts qu’il eût fallu délocaliser le débat dans une salle secondaire, signifiant par là notre désaccord.

Je ne sais pas dans quelles conditions la salle de mariage a été attribuée. A-t-elle été expressément demandée par l’organisateur ? N’y avait-il que celle-là de libre ? Pour moi, peu importe.

Car malgré tout le respect que je dois à mes amis de l’autre rive du fleuve politique asniérois, il n’y a pas plus adaptée à ce débat que la grandeur et la magnificence de notre maison commune.
Seule la grandeur de ce lieu est en mesure de dire l’insignifiance et la nullité de la voie perverse sur laquelle Sarkozy et les siens ont décidé d’entraîner notre peuple.
Le contraste saisissant qui ne manquera de se faire jour entre la splendeur du lieu et la laideur de qui s’y dira fera éclater avec plus de vigueur l’égarement voulu par le chef de la Nation pour le peuple confié à sa conduite.
Seule la maison commune peut en ces périodes troubles accueillir cette querelle mesquine voulue par le chef de la famille pour diviser les enfants de la même patrie.


Et si quelque chose de noble pouvait encore sortir de ce débat, il ne sera pas dit qu’à Asnières la municipalité ne lui a pas donné la chance d’éclore. Car bien en peine est l’esprit qui en ce haut lieu communale de l’égalité, de la liberté et de la fraternité, ne parvient pas à s’élever à la hauteur des idées hautes que nous nous faisons de la République, héritage sacré dont notre mairie est localement  le symbole et le temple.


Certes, au regard du député de la circonscription qui organise ce débat, on peut craindre le pire.


Mais la République vit de notre espérance. Ne la lui refusons pas.

Je ne serai pas à ce débat. Bien entendu. Car à l’autre bout de la ville, les locataires d’un immeuble social sont au bord du désespoir. Ces gens de peu subissent depuis plusieurs mois nuisances et malfaçons au titre de la rénovation qui leur est due de leur immeuble. Ils ne demandent que le respect de leur bailleur et de la dignité pour leur condition de vie.
De la dignité et du respect : voilà une perspective beaucoup plus réjouissante pour une rencontre citoyenne, même si je sais d’ores et déjà que je ne serai pas à la fête. Mais c’est toujours la joie au bout du compte, partout où les damnés se rebiffent et se redressent pour vivre debout dans la République.
Ce soir j'irai porter si je peux un peu d'espoir, voire de l'espérance, à quelques habitants du quartier des Courtilles. C'est ainsi que pierre après pierre, nos ancêtres ont construits l'identité de ce pays.

 

Commenter cet article

on nous prend pour des ! 18/01/2010 08:35


GOMEZ FELICIANO 18/01/2010 09:22


Vous avez entièrement raison. Surtout que les questions que vous évoquez et qui pointent du doigt les dommages du sarkozisme triomphant, portent directement atteinte à l'idée que nous nous faisons
jusqu'ici de notre identité nationale: la solidarité, la justice, l'égalité, une certaine conception du service public....
Mais, le citoyen est aujourd'hui un citoyen vigilant. Il en a vu d'autres. Il sera désormais difficile à Sarkozy et aux siens d'abuser de sa bonne foi.
Restons éveillés!


benaek 13/01/2010 21:06


débat = démocratie



Propotionalite que vous avez vote dans les annnées au vous etiez au pouvoir on parti au fn avoir des députes
au parlement en vous servant de immigration, alors de grace pas de lecons, votre parti n'a rien fait pour immigration au contraitre et si vous voulez en debattre je suis disponible les pires
année pour la communauté algerienne et si vous etez democrate qui ete le ministrere des affaires etrangaire pendant la guerre algerie????????????