Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

J’avais donc raison

J’ai affirmé sur ce blog que le sort judicaire de M. Aeschlimann ne m’intéressait pas. Et cela est toujours vrai. J’ai aussi fait savoir que si son siège de député était hautement convoité par des gens que ses ennuis avec la loi rendaient fous d’espérance, c’est dans son camp qu’il devrait d’abord chercher ceux qui piaffent d’impatience de le voir définitivement condamné. J’ai enfin souligné que son insistance à rappeler qu’il était candidat à sa propre succession cachait mal le fait que dans son camp la chasse était ouverte et qu’il en était le gibier.

 

Sur chacune de ces analyses j’avais malheureusement raison. Malheureusement, puisque l’honneur de la politique s’assombrit encore un peu plus dans cette course au siège révélée dans Le Point de cette semaine : « Pas encore candidate, mais déjà en campagne. Rama Yade consulte méthodiquement tous les grands acteurs des Hauts-de-Seine : Patrick Devedjian, Patrick Balkany, Hervé Marseille, Jean-Jacques Guillet, etc. Objectif ? Accréditer l'idée qu'elle serait une bonne candidate à la succession de Manuel Aeschlimann dans la circonscription d'Asnières. Or ladite succession n'est pas vraiment ouverte. Le 21janvier, la cour d'appel de Versailles a condamné Aeschlimann à un an d'inéligibilité pour favoritisme ; cependant celui-ci a annoncé un pourvoi en cassation, et ce recours est suspensif... Quand il l'a reçue fin novembre, peu après son éviction du gouvernement (et avant de la nommer ambassadrice auprès de l'Unesco), le président n'a pas dissuadé Rama Yade." Politiquement et intellectuellement, c'est sensé ", a-t-il jugé." Mais psychologiquement délicat ", a complété Claude Guéant. Car Aeschlimann - dont le fils a pour parrain Nicolas Sarkozy... - n'accepterait de passer la main qu'à son épouse. Seul un sondage pourrait départager les deux femmes. Et convaincre le chef de l'Etat de prendre le risque d'une élection partielle. A l'Elysée, on y réfléchit. »

 

Manque de grandeur

Si les informations de l’hebdomadaire son vraies, alors cette manière de faire de la politique est à vomir. De quoi parlons-nous ? Un député suspend sa condamnation à de l’inéligibilité en se pourvoyant en cassation. Procédure dont tout le monde a conscience que le seul but recherché est de retarder une échéance peut-être inéluctable le temps que monsieur bétonne son siège de député. En face, une ministre éjectée du gouvernement se porte candidate à sa succession avant même que ledit député soit à terre. L’entourage du chef de l’Etat prêterait à ce dernier l’intention de transmettre son siège à son épouse s’il était contraint d’y renoncer. Au passage les asniérois et colombiens concernés seraient sondés pour jauger les chances des uns et des autres.

Voilà qui honore grandement la politique ! Voilà qui redore admirablement le blason d’une fonction honnie par nos compatriotes ! Voilà qui en dit long sur la haute estime en laquelle l’électeur citoyen est tenu ! A vomir, vous dis-je !

 

Et démonstration de petitesse

La circonscription d’Asnières-Colombes n’est pas une propriété familiale que le mari empêché donne en fermage à son épouse le temps de se faire oublier un peu.

Nos concitoyens ne veulent pas non plus être le lot de consolation d’une ancienne sous-ministre trop imbue de sa très grande valeur pour accepter qu’elle a davantage brillé par ses caprices que par sa capacité à mener à bien les fonctions gouvernementales qu’on lui a confiées.

Asnières vaut mieux que cela. Interrogé par leJDD.fr , Manuel Aeschlimann rejette les rumeurs selon lesquelles Rama Yade pourrait être candidate à son siège. "Je coupe court à toutes les ambitions: il n'y aura pas de législative partielle sur ma circonscription et je serai candidat à ma propre succession en 2012. Ma place n'est pas à prendre." "Nicolas (Sarkozy) n'a jamais soutenu Rama Yade dans ce projet et l'avenir le démontrera", assure-t-il.

Ecoutez comment il dit « ma » circonscription ? Il l’a achetée combien ? Où est son titre de propriété ? Cette indécence là se paiera et j’y veillerai avec une grande minutie.

 

La bonne nouvelle est sans doute que le fils Sarkozy ne s’intéresse plus à la circonscription. Il ne manquerait plus que ça !

 

Commenter cet article