Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

Je vous propose aujourd’hui de décrypter avec moi un autre des mensonges couchés sur la table des 10 supposées vérités d’Aeschlimann. Il s’agit du mensonge n°9. C’est d’ailleurs étonnant que ce 9ème mensonge soit à ce point en opposition frontale avec le 9ème commandement de la Bible, à savoir « Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain ». Dans le cas d’espèce, on pourrait demander à Aeschlimann de ne pas porter de faux témoignage contre Asnières et les Asniérois. 

Mensonge 9

Bien entendu, à ce mensonge, comme je l’ai déjà fait,  j’opposerai la vérité des chiffres et des réalités d’aujourd’hui.


D’un prétendu déclin d’Asnières depuis mars 2008.

C’est daté, précis, Asnières aurait commencé à décliner en mars 2008. Pas le mois d’avant, ni celui d’après. Et si nous insistons un peu, Aeschlimann serait capable de nous donner avec précision le jour et l’heure du début du commencement de ce déclin. Risible! Pour illustrer ce déclin spectaculaire de la ville, qui était sans aucun doute au top sous son règne, monsieur choisit bien ses exemples : « pénurie en matière de petite enfance, d’accès au logement et aux équipements sportifs, 79 000 m2 de bureaux vides, le tissu commercial (qui) se délite ». N’en jetez plus! Pour qui découvrirait Asnières au travers de ce portrait tout en noir et sans nuance (Aeschlimann ne connaît ni mesure ni nuance), pas de doute, toute vie vaudrait mieux ailleurs qu’à Asnières.


Et si c’était la mémoire de monsieur qui déclinait

Remarquons que monsieur qui, en sa propagande, use et abuse de chiffres (toujours faux) et de graphiques (toujours fantaisistes), de tableaux tronqués et de statistiques biaisées, se montre, en ce paragraphe, avare de toutes données objectives et vérifiables. Pourquoi cette absence soudaine de chiffres ? Les tableaux comparatifs, les courbes et graphiques ne sont-ils pas plus aisés en ce domaine qu’ailleurs ? Ne sont-ils pas plus lisibles pour l’électeur ? Si la vérité est du côté d’Aeschlimann, ne lui suffit-il pas de donner les chiffres de son époque et de les comparer aux nôtres ? En matière de petite enfance combien de places en crèches avant mars 2008, avant le déclin donc, et combien en mars 2014 ? En matière d’équipements sportifs, combien de mètres carrés d’équipement entre mars 2008 et aujourd’hui, combien en milliers voir en millions d’euros d’investissement ? Cette absence de toute donnée comparative n’est-elle pas un indice lourd et suffisant que le mensonge ici est de propos délibéré, une volonté manifeste de tromperie ?


La vérité des chiffres est ailleurs

Puisque monsieur chérit le mensonge et évite la vérité, comment peut-on le lui reprocher au regard de ce que fut son règne, voici quelques exemples, non exhaustifs de ce qu’a été notre mandat dans les domaines choisis par Manuel Aeschlimann pour illustrer ce qu’il appelle le déclin d’Asnières.

En matière de petite enfance notre majorité est celle qui a créé le plus de places en structures d'accueil petite enfance en un laps de temps aussi court : 300 places en 6 ans, soit une moyenne annuelle de 50 créations. Nous avons en plus initié l’accueil des moins de 3 ans en maternelle, ce qui constitue une politique nouvelle en matière de petite enfance sur le territoire.

Pour ce qui est de l’accès au logement, notre ville a atteint le seuil des 20% de logements sociaux au cours de la mandature sans oublier les autres opérations dans le secteur privé. Il faut ajouter que, pour ces opérations privées, autant que pour les logements sociaux, aucune ne s’est soldée par un fiasco. Les finances de la ville porte encore les stigmates profonds de la ZAC Métro mise en œuvre par les majorités antérieures avec M. Aeschlimann et les millions d’euros de déficit endossés par les contribuables.

Quant aux équipements sportifs, la mise en œuvre de trois terrains de proximité dans les Hauts d’Asnières et aux Grésillons, l’extension du gymnase Carpentier pour les clubs de Boxe et de Taekwondo, la rénovation complète du gymnase Poincaré avec un nouveau mur d’escalade, rien de tout cela n’est parvenu jusqu’aux oreilles de M. Aeschlimann. Pas plus que la construction du gymnase Assia El Hannouni dans le quartier Bord de Seine. Il était tout de même à l’inauguration du tout nouveau stade Léo Lagrange ! Et, si ma mémoire ne me joue pas des tours, je crois même qu’il y distribuait à l’entrée un tract relatant son rêve éveillé : celui où il se voyait à l’initiative de ce projet initié en 2010 !

Tous les arguments avancés par Aeschlimann pour illustrer un prétendu déclin de notre ville sont faux. La vérité c’est l’effort sans précédent accompli pour rattraper le retard accusé durant des années et surtout sous son règne. Le déclin c’était avant. Et avant il y avait Aeschlimann.


Les solutions de monsieur Aeschlimann ou l’invention de l’eau chaude

Pour en finir avec ce déclin supposé, et dont nous venons de décrire le caractère purement fantasmagorique, le candidat UMP s’engage. Et pour « rétablir les fondements et l’attractivité » de notre commune, il propose : sécurité, services, transports, connectivité, fiscalité modérée. Mais c’est très facile de réaliser ce que d’autres ont déjà fait

Sécurité : nouvelle baisse de la délinquance dans notre commune (-3%) qui s’ajoute aux baisses des années précédentes.

Service : nous avons créé au sein des services municipaux un véritable pôle de développement économique, initié le club des entreprises, mis en place une bourse d’appui aux créateurs d’entreprises des quartiers prioritaires, modernisé notre maison de l’emploi….

Transports : le tramway qui va se prolonger jusqu’aux 4 routes en 2018, nouveau bus 366, engagement dans la lutte avec les associations pour la desserte SNCF de la ligne L, obtention de 4 gares dans la future ligne du grand métro, obtention  de la prolongation de la ligne 14 du métro pour soulager la ligne 13…

Fiscalité : à Asnières la fiscalité n’a pas bougé depuis 2009. Elle ne bougera pas davantage dans les 6 années qui viennent si nous restons aux commandes. Les entreprises et les particuliers peuvent sereinement voir à long terme ce que leur coûtera la fiscalité locale pour ce qui est de la part communale. Dois-je rappeler que la fiscalité actuelle de notre ville reste largement en deçà de la moyenne de la strate des villes comparables et que la taxe sur les ordures ménagères a baissé pour les Asniérois sous notre mandat.


Cela fait des années qu’Aeschlimann et les siens nous bassinent avec un prétendu déclin de la ville d’Asnières. A force de le répéter, les gens auraient pu finir par le croire et dans une sorte de prophétie auto-réalisatrice, cela aurait pu porter de graves préjudices à notre cité. Fort heureusement, il y a dans cette ville une équipe qui travaille et qui est crédible dans ce qu’elle fait. Par ailleurs, les gens sérieux n’écoutent plus depuis bien longtemps Aeschlimann et ses oiseaux de malheur. Pixmania, Alma Consulting Group, BCA expertise, Téléperformance se sont installés sur notre commune dans la période récente et dans les jours qui viennent le laboratoire Stago. Soit plus de 1500 salariés .Ces entreprises n'ont pas écouté Aeschlimann. Il y a longtemps que plus personne n'écoute Aeschlimann. Je ne sais pas vous, mais moi ça me va.

Commenter cet article