Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

C’est une drôle de campagne qu’a initiée le clan Aeschlimann au marché des 4 Routes ce dimanche. Je n’en ai pas été témoin direct. Mais de sources certaines et concordantes, Monsieur et sa bande se seraient amenés sur le marché avec un porte-voix pour haranguer la foule. Quand je suis arrivé sur le marché, après mes occupations cultuelles dominicales, le matériel bruyant avait déjà été rangé sous la contrainte policière.

L’épisode ne peut être mis sur la longue liste des cocasseries qui ne manqueront pas d’émailler  cette campagne municipale. Tout dans ce happening de mauvais goût est à l'image de celui qui l’a initié.

Pratique hors-la-loi !

Par définition, le domaine public appartient à tous. S’il y a une liberté d’utilisation de cet espace, la pratique doit en garantir une égalité d’utilisation pour tous. Toute utilisation accrue du domaine public doit faire l’objet d’une autorisation préalable. Lorsqu’un usager ou un groupe d’usagers, notamment dans le cadre de l’exercice d’une liberté par exemple, doit déroger à cette égalité, il y a nécessité de solliciter une permission des pouvoirs publics. Nul ne peut disposer à sa guise, de son propre chef et à son seul profit du domaine public.

Monsieur l’ancien maire, ancien député et actuel avocat ignore-t-il ces dispositions de la loi ? La réponse affirmative à cette question poserait de sérieux doutes sur ses compétences professionnelles et encore plus sur son aptitude à conduire une ville. Mais s’il n’ignorait pas loi, aurait-il choisi délibérément de contrevenir aux dispositions règlementaires ? Peut-on légitimement confier les clés d’une ville à quelqu’un qui, par ignorance ou de propos délibéré, se met en contravention avec la loi.

A moins que la délicatesse avec la loi soit une option politique pour celui qui vient de purger une année d’inéligibilité.


Message incompréhensible !

Analysons maintenant le contenu du message qui était bruyamment porté ce dimanche. La profession de foi essentielle débitée par l’engin sonore, avant d’être réduit au silence, voulait faire croire que monsieur avait changé.Les Témoins d’Aeschlimann qui faisaient le prêche sur le marché confessaient les erreurs du passé et juraient la conversion de leur maître à des pratiques nouvelles.

Comment se renouvelle-t-on si on est toujours à ce point ignorant de la loi ? De quel renouveau parlons-nous quand l’intrusion du mégaphone dans la campagne nous fait l’effet de l’histoire qui bégaye ? Nul n'a en effet oublié les ambiances houleuses et tonitruantes des conseils municipaux du temps des Aeschlimann, où le mégaphone était devenu pour quelques-uns le moyen de se faire entendre, tant on leur coupait le micro ! Il est où l’homme neuf qui ce matin sur le marché a fait la preuve, avec l’appui des décibels, que chez lui les habitudes ont la vie dure ?

Ils prétendent avoir renouvelé 90% de leurs cadres. Le problème ne viendrait-il pas des 10% qu’ils n’ont pas renouvelé ?


Militants inconnus !

Quand on s’intéresse aux prédicateurs de ce dimanche, on s’interroge encore sur leur provenance. Des militants UMP rencontrés sur le marché n’ont pas su me dire comment s’appellaient leurs camarades militants. Cela peut arriver. Eux non plus n’ont pas voulu me dire dans quel quartier ils habitent. Je peux comprendre que l’importance de ces personnages les incite à la discrétion sur leur lieu d’habitation. Mais que savent-ils d’Asnières ? Quitte à parler d’Asnières, j’aime autant en parler avec des gens qui savent de quoi ils parlent. Mais apparemment ces gens font aussi preuve d’une grande modestie quant à leur connaissance de notre ville.

Quand je les ai vus repartir dans une Clio immatriculée dans le 78, je me suis dit qu’ils viennent sans doute de s’installer à Asnières,  à moins que ce soit une voiture de location…ou, hypothèse complètement farfelue, qu’ils n’y  habitent pas. Mais l’importation de militants est une pratique UMPesque dont la rumeur avait déjà couru à l'occasion d’un vote interne au parti à Asnières. Tout de même, une chose est de compter leurs voix pour gagner une élection interne. C’en est une autre de les laisser donner de la voix pour parler de choses qu’ils ignorent.


Sera-t-on obligé, dans les semaines à venir, à aller faire le marché à Asnières avec des boules Quies ? J'espère que l'UMP se ressaisira. 

Au final, de quoi cet acte manqué est-il le symptôme ? Sans doute d’une campagne Aeschlimann qui peine à trouver le ton juste, les mots adéquats pour parler au cœur des Asniérois. Ce n'est pas moi qui vais m'en plaindre. 


Commenter cet article

Jacques.FAYAU 20/10/2013 21:28


@fayau1


@zemog_no"@PNationale metFinCampagneSonore'@maeschlimann @umpasnieres"http://0z.fr/rivAb "@Place_Beauvau @prefpolice #Teamvalls #ASNIERES