Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

Un tract de Manuel Aeschlimann est toujours toujours une ode à l’ineptie. Celui qui a été récemment distribué n’échappe pas à la règle. Peut-on prétendre gérer honnêtement une ville quand on a un rapport aussi conflictuel avec la vérité et la logique?

Le tract dont nous parlons s’adresse exclusivement aux habitants de Hauts d’Asnières. Il servait d’invitation à la galette des rois qui a eu lieu hier à la salle Robert Lavergne. 

 

Plus c’est gros plus ça passe ?

plus c'est grosAeschlimann n’a jamais connu la mesure, qui est pourtant maîtresse de vertu. Faire dans la dentelle, ce n’est pas son truc. « Piétrasanta vous a tout promis… Vous n’avez rien vu » Avec lui c’est tout ou rien, parfois tout et rien, souvent tout et son contraire, mais presque toujours, si ce n’est toujours, c’est tout et n’importe quoi.

Tenons hypothétiquement pour vrai l’affirmation selon laincoherence-2.pngquelle rien n’a été fait dans les Hauts d’Asnières. Quelle logique y a-t-il entre cette affirmation et cette autre qui suit immédiatement : « Tout ce qui a été réalisé de nouveau dans votre quartier a été lancé et financé lorsque Manuel Aeschlimann était maire d’Asnières ».

De deux choses l’une : ou il n’y a rien eu et alors Piétrasanta a été infoutu de réaliser même ce qui aurait été prévu ; ou il y a eu quelque chose puisque les mots mêmes de notre propagandiste laissent supposer qu’il y a eu des réalisations qui seraient dues à sa grande prévoyance. Les deux affirmations de Manuel Aeschlimann ne peuvent pas être vraies toutes les deux.

Mais comment peut-on être logique quand on a pour seul but la désinformation. Le problème d’Aeschlimann c’est que son zèle désinformateur est telle qu'i ne se soucie plus de la cohérence de son propre mensonge. Si Monsieur revendique à grands cris ce qui s’est fait sous la mandature de Piétrasanta, c’est que, d’une, quelque chose s’est fait. De deux, c’est que cette réalisation est bonne au point qu’il y ait envie de se l’approprier de la part de l’adversaire politique.

Les habitants des Hauts d’Asnières sont donc invités à croire cette incohérence : « ils n’ont rien fait puisque tout ce qu’ils ont fait a été prévu par moi ». A cette incohérence j’oppose la logique suivante : Si tout ce qui a été fait est rien, si c’est vous qui avez tout prévu, c’est donc que tout ce que vous avez prévu n’était rien ou mieux, c’est que vous n’aviez rien prévu. Et de ces quatre assertions, seule la dernière est vraie.

 

Voulez-vous la preuve qu’ils n’ont rien prévu ?

Je vais prendre quelques réalisations, une dizaine pas plus, et on verra laquelle était prévue par notre bonimenteur : l’agrandissement du gymnase Carpentier ? La rénovation du gymnase Poincaré ? La réfection complète et l’agrandissement du square Clémenceau et de ses abords ? La rénovation complète de l’école Poincaré ? La construction des terrains de proximité Becquerelle et Notre-Dame de la Route ? La mise en sens unique de la rue de l’Abbé Glatz et la réfection complète de la chaussée ? La rénovation complète de la rue de la sœur Valérie, de l’allée des Zinnias ? La création du centre social Aimé Césaire aux Courtilles ? Le conventionnement en HLM des Courtilles et la rénovation des appartements et des espaces extérieur ? La création des jardins partagés ? La création du service des correspondants de nuit ? La création du service des médiateurs autour des collèges ? La création de la fête des Hauts d’Asnières ? La création de la classe orchestre, de la classe théâtre, de la classe bilangue ?

 

Il aurait tout prévu de la rénovation urbaine ?

Il se targue d’avoir tout prévu dans le projet de Rénovation Urbaine. Prenons deux composantes essentielles de la rénovation urbaine : la résidentialisation de l’habitat et la restructuration des cellules commerciales. Je prends ces deux volets parce que nous disposons d’éléments de comparaison entre l’action d’Aeschlimann et la nôtre.

Pour ceux qui veulent savoir comment Aeschlimann résidentialise, ils n’ont qu’à se rendre dans le secteur des Courtilles pour admirer les murs de ferraille dressés autour des habitants, cette sorte de cage aux fauves ni à faire ni à refaire ! Eh bien Aeschlimann l’a fait et même refait. Puisqu’il a récidivé en laissant hérisser les mêmes clôtures aux Freycinets.  Voilà ce à quoi était promis l’ensemble du quartier. Avez-vous vu comment s’est fait la rénovation du centre commercial des Courtilles ? Qu’en reste-t-il aujourd’hui ?

Aeschlimann avait signé un projet de rénovation urbaine. Un projet n’est pas une réalisation. Ce n’est pas celui qui a dit on va manger qui s’arroge les mérites de l’excellence de la cuisine. Aeschlimann a dit rénovons. Les Asniérois lui on dit en 2008: "pitié laisse quelqu’un d’autre faire car tu ne sais pas faire, tu n’as jamais bien fait." Ils nous ont confié la réalisation de ce projet que nous avons dû modifier de fond en comble pour garantir à notre ville le meilleur de ce qui se fait.

 Nous avons organisé les concertations avec les habitants sur toutes les rénovations qui ont eu lieu. Monsieur Aeschlimann avait-il prévu par avance les réponses des habitants aux consultations ? Nous avons organisé des concours d’architecte ? Monsieur Aeschlimann aurait-il prévu par avance les projets qui seront retenus ? Nous avons lancé des appels d’offre, à maîtrise d’ouvrage. Monsieur Aeschlimann aurait-il tout prévu des candidats, de leurs dossiers et des aménageurs qui seront retenus ?

Il avait tout prévu, tout fiancé ! A ce degré d’extra-lucidité, appelez-le l’Emmanuel (Aeschlimann) et sans doute est-il aussi Dieu le Père et le Saint-Esprit !

 

La qualité de vie dans les Hauts d’Asnières ?

incoherence-3.png

Là aussi, nous n’attendons pas d’Aeschlimann qu’il vienne nous dire ce qu’il y a lieu de faire dans les Hauts d’Asnières. Nous savons ce qu’était notre quartier des Hauts d’Asnières. Nous connaissons l’abandon qui était le nôtre. Nous savions à quel rythme passaient les engins de nettoyage des rues : entre jamais et zéro fois ! Nous n’avons rien oublié.

De notre majorité, le maire compris, nous sommes huit élus à habiter le quartier. Les seuls élus de l’ancienne majorité habitant les Hauts d’Asnières ont soit déménagé du quartier, soit en rupture de bans avec Aeschlimann, soit en opposition contre lui. C’est à croire que ses propres amis savent qu’il ne peut, ni ne veut fondamentalement rein faire dans le quartier.

 

La preuve que M. Aeschlimann n’a rien à cirer des habitants de Hauts d’Asnières ?

Le double langage : il promet des logements à tour de bras quand son groupe politique vote contre la construction de logements sociaux. C’est lui qui a cédé les HLM de la ville et préconisé sans concertation préalable la destruction des Gentianes pour chasser les pauvres de la ville. Il promet des emplois aux jeunes des quartiers quand son groupe dénonce à tort et à travers les embauches  à la mairie.

La double campagne : cope avec pain au chocolat-dd784il y a une campagne qui est menée dans les quartiers Nord pour tenir à ses habitants un discours qui est l’exact contraire de ce qui est dit ailleurs dans la ville. On fait une galette pour les habitants de hauts d’Asnières et on invite tous les autres Asniérois à une autre Galette où l’on sait qu’on tiendra un autre discours sur le logement, la sécurité, les solidarités. Car l’invité n’est autre que Jean-François Copé, l’auteur de ces propos mémorables : "Il est des quartiers, où je peux comprendre l’exaspération de certains de nos compatriotes, pères ou mères de famille rentrant du travail le soir, apprenant que leur fils s’est fait arracher son pain au chocolat à la sortie du collège par des voyous qui lui expliquent qu’on ne mange pas pendant le ramadan. Il est des familles de France qui vivent en silence leur souffrance et à qui personne ne parle jamais autrement qu’en les stigmatisant et en les traitant de tous les noms au point qu’ils sont obligés aujourd’hui de baisser la tête et de partir s’ils le peuvent le plus loin possible alors qu’ils sont citoyens de la République française."

Tel est l’ami que Aeschlimann invite pour soutenir sa campagne. Peut-on encore douter des véritables intentions de M. Aeschlimann ?  Nous ne sommes pas dupes. Et nous le lui ferons savoir.

Commenter cet article

Joel CHABI-KAO 18/01/2014 11:44


Féliciano, je te sens révolté par les contres vérités et la négation des efforts que fournissent les membres de ton équipe pour ta municipalité, mais c'est de bonne guerre, c'est la politique. Je
voudrais juste te donner un conseil a partir d'expériences personnelles en politique, met le plus en avant vos réalisations, exploite les de façon a montrer que c'est vous qui faites le boulot,
le bon, mais évite d'attaquer personnellement ton adversaire. Tu pourrait perdre les voix des indécis et celles de ceux qui hésite à le quitter pour vous rejoindre. Si il se pose en victime, la
nature humaine est plus encline à soutenir les victime que le contraire.  Bon week-end à toi et du courage pour ton action que je suis régulièrement sur FB. 


 

GOMEZ FELICIANO 24/01/2014 19:17



Cher Joël, je mettrai tes consseils en oeuvre, mais... laisse-moi me défouler de temps en temps pour me faire du bien.


A très bientôt