Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

Dans la série « il n’a pas changé », voici une nouvelle preuve des vieilles méthodes aeschlimanniennes. Elle s’affiche en vert-fluo sur les panneaux de la ville. Elle nous rappelle, comme s’il en était encore besoin, que l’homme qui brigue la magistrature de notre bonne ville d’Asnières est, au mieux, tel que nous l’avons laissé il y a quelques années. Voir... Chasser le naturel… On s’y attendait. Mais si tôt dans la campagne ! Si grossièrement ! A l'UMP la campagne s'embourbe et les arguments commencent à raser le sol.

 

Ça la fiche mal ! ( ou ça l’affiche mal ! ou Sale affiche mâle!)

De quoi cette affiche qui fleurit dans notre ville est-elle le nom ? Du débat 2013-11-10 11.34.45politique dont nous attendons qu’il éclaire le citoyen sur la force et la pertinence de nos projets tout en pointant les faiblesses du projet d’en face ?  Cette affiche nous donne-t-elle une idée de ce que veut Aeschlimann pour notre ville ? Cette affiche pointe-t-elle la faiblesse du bilan ou du projet de Piétrasanta ?

Cette affiche est l’exposé de rien, le bruit du vide, comme le vacarme de quelque chose qui déjà s’effondre.  Oui cette affiche bruisse éloquemment de la chute précoce du masque précaire dont son auteur s’est habillé. Il n’aura pas fait illusion longtemps sur son prétendu changement.  Ceux qui croyaient qu’il pouvait tenir la hauteur en seront pour leur frais. Ceux qui ont espéré qu’il pouvait remiser ses vieilles méthodes savent désormais à quoi s’en tenir.

L’indigence des propositions, la nullité des arguments électoraux, la désorganisation d’une campagne sans boussole, l’incapacité à rassembler son camp..., comment cacher cette misère sinon par des écrans de fumée ? Flop retentissant des papiers jaune-fluo sur plus propreté, de sécurité, dont la lourde insistance a fini par lasser. Bide énorme de la propagande lourdingue sur papier glacé qui a fait marrer le Tout-Asnières. Méga-flop du  ramdam organisé autour des faits divers dont le traitement démagogique et électoraliste n’a trompé personne.  Alors on sort l’artillerie lourde, l’attaque personnelle,  le dénigrement sans scrupule. Faire détester l’autre à défaut de se faire aimer !

Quand on est acculé à de tels expédients, quand on en vient à céder  à la tentation de déshonorer sans avoir pu faire preuve de sa propre valeur, alors c’est qu’on a un problème, qui est rarement autre que soi-même.

 

Pourquoi cette affiche parle plus d’Aeschlimann que de Piétrasanta ?

Si cette affiche n’est le nom de rien, elle est néanmoins tellement ressemblante à son auteur.

Il reproche à Piétrasanta de cumuler mandats et indemnités ? Que faisait-il lui quand il était député-maire d’Asnières ? Il envoyait ses indemnités au Secours Populaire peut-être ? Le cumul des mandats et des indemnités n’était-il pas devenu une petite entreprise familiale florissante chez les Aeschlimann ? Monsieur était député et maire et il cumulait. Madame était adjointe au maire, son mari, et conseillère régionale et elle cumulait. A une époque donnée, le couple cumulait donc quatre indemnités au titre des mandats électifs.

Pensez-vous qu’ils s’en soient contentés ? Bien sûr que non ! Madame aurait occupé des fonctions au cabinet parlementaire de son mari ! Fut-elle à ce titre rémunérée par l’argent public et combien touchait-elle en plus de ses indemnités ? A cette même époque, ainsi que l’a souligné le rapport de la chambre régionale de la cour des comptes en 2007, madame pouvait utiliser à discrétion, et avec chauffeur s'il vous plaît, une grosse berline de la ville au frais du contribuable Asniérois.

Voilà l’homme qui donne aujourd’hui des leçons sur papier vert-fluo !

Le procédé est grotesque, la méthode populiste et démagogique. Mais cela vient à point nommé pour nous rappeler un passé qu’il ne faut pas oublier

 

2013-11-10 11.31.26
Quand on se met sous l’ombre tutélaire de Copé, maire de Meaux, député de Seine et marne, président de l’UMP,  avocat d’affaire, amateur de piscine et de montre précieuse, on s’adresse à d’autre qu’à Piétrasanta quand on veut donner des leçons d’éthique publique.

 

Pourquoi cette affiche n’atteint pas Piétrasanta

Piétrasanta a diminué son indemnité de maire dès 2008 alors même qu’il s’engageait à être maire à plein temps. Il a cessé ses fonctions d’enseignant alors qu’un autre (on ne sait plus qui ni où cela se passait ni même l'époque), alors maire et député aurait continué à être maître de conférence dans l’enseignement supérieur.

Avons-nous oublié qu’après avoir perdu son mandat de maire, monsieur était devenu avocat, métier qu’il exerçait en même temps que son mandat de parlementaire et qu’il eût probablement été à la fois député, maire et avocat (comme Copé) si nous ne l’avions peu à peu soulagé de ses mandats pour le rendre pleinement disponible à ses ambitions de juriste !

Piétrasanta a voté, avec ses collègues socialistes, la loi sur le non cumul des mandats. Il se l’appliquera quand elle rentrera en vigueur. Qu’ont fait les soutiens d’Aeschlimann,  députés et sénateurs UMP, Copé et ses amis ? Ils ont voté contre.

Piétrasanta, au terme de 15 mois de mandat de député a déjà explosé dans bien des domaines les statistiquesde l’activité parlementaire de M. Aeschlimann,  sur une période comparable et peut-être même plus longue : 36 semaines d’activités constatées, présence à 64 réunions en commission, 23 interventions sur le fond en séance, 58 amendements signés, 26 questions écrites… C’est un député travailleur, actif et présent sur les dossiers que nous avons envoyé au parlement, sans compter son activité dans sa circonscription. Qui peut dire que son travail ne justifie pas son indemnité ? Certainement pas celui qui en son temps à été classé  bien au-delà du 400ème rang sur 577 députés en raison de de la faiblesse de sa performence parlementaire !

 

Cette campagne électorale doit rester respectueuse de l’intelligence des Asniérois. Nous nous y attacherons avec assiduité quitte à nous salir un peu pour nettoyer les ordures déversées par nos adversaires. Nous descendrons aussi bas qu'il le faudra et chaque fois que nécessaire pour aller arracher le débat à l'abaissement qu'on veut lui imposer et lui redonner de la hauteur. Les Asniérois espèrent ce débat. nous le leur devons, dans la clarté, la vérité et le courage

Commenter cet article

benaek 27/11/2013 21:48



benaek 27/11/2013 21:15


Je m'appelle Féliciano Gomez. Engagé depuis toujours, allergique aux injustices et aux mensonges.