Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

police nationale

La propagande florissante de sieur Aeschlimann a investi ces derniers jours des thèmes nouveaux. La semaine dernière j’ai lu avec beaucoup de stupeur son programme sécuritaire. 

Comme à son habitude, l’approximation y voisine joyeusement le mensonge ; l’invraisemblable y est énoncé de manière sentencieuse pour servir la cause d’une tromperie à grande échelle selon le sacré principe : plus c’est gros, mieux ça passe.

Mais au-delà des gros sabots et des grosses ficelles, c’est la nature même de ses propositions qui m’accable. Comment un type qui est censé avoir  été responsable de cette ville peut-il croire qu’il suffirait de ses mesurettes pour satisfaire les besoins de sécurité des Asniérois

Voici la démonstration que tout ceci n’est qu’un tissu de balivernes sans consistance aucune.

Et si vous voulez en savoir davantage sur la manière dont Aeschlimann s'intéressait à la sécurité dans l'opposition vous n'avez qu'à cliquer ici.

 

Un programme sécuritaire indigent et inopérant

Dans la longue liste des mesures que monsieur propose de mettre en œuvre, on en trouve beaucoup qui sont déjà en œuvre. On n’en trouve pas une seule qui soit innovante et adaptée aux formes nouvelles de la délinquance et des incivilités de toutes sortes. Vieilles recettes pour une délinquance qui elle se renouvelle tout le temps !

Sa première mesure est fondée sur un mensonge. Quand il affirme qu’un tiers des effectifs de la police municipale est manquant, il ment. Mais s’il veut augmenter d’un tiers les effectifs de la PM, qu’il le dise et surtout qu’il dise avec quoi il veut les payer.

video protectionLe développement de la vidéoprotection ? C’est fait. Plus 20 caméras sous la mandature et nous avons déjà un programme pluriannuel de développement et d’optimisation du système.

Les arrêtés municipaux contre la présence des mineurs de moins de 16 ans au-delà de 23h ? Dans la pratique, une telle mesure ne peut être ni permanente, ni générale. Le Conseil d'État admet que le maire puisse faire usage de ses pouvoirs de police générale pour limiter la circulation nocturne des mineurs, lorsque les circonstances locales le justifient. Mais ces mesures doivent être limitées dans le temps et dans l'espace et adaptées aux circonstances locales. Cette interdiction ne peut concerner que les seuls mineurs de moins de treize ans (et pas des moins de 16ans), non accompagnés d'une personne majeure, ces arrêtés étant notamment motivés par la protection de l'enfance. Visiblement, notre ancien député-maire devenu homme de loi doit encore beaucoup potasser les réglementations en vigueur. Au reste, nous avons appliqués de telles mesures lorsque les circonstances l’on justifié et dans les conditions requises par la loi.

Arrêté contre la mendicité agressive ? D’où est-ce que cela sort ? Cette mesure populiste destinée à faire plaisir à la frange la plus droitière de la population, n’est aucunement fondée sur la réalité locale. Les dispositions concernant l’ordre public suffisent à gérer les situations de mendicités telles qu’elles se produisent sur notre territoire. A Asnières c’est moins l’agressivité que la gêne des usagers incommodés par des questions de circulations, de tranquillité, de bruits ou d’hygiène qui est en cause. La police Nationale et la police municipale luttent efficacement contre ce genre de phénomène sans qu’il y ait besoin d’un arrêté spécifique. Par ailleurs on perd beaucoup de temps à ferrailler contre les associations qui réussissent presque toujours à casser les arrêtés municipaux de ce type.

Arrêté contre les attroupements agressifs sur la voie publique ? Aucune correspondance avec la réalité locale !

Soutien logistique et juridique pour permettre l’expulsion des familles de délinquants ? L’expérience m’a montré que les bailleurs possèdent dans leurs services les compétences nécessaires pour agir. Le processus reste long, coûteux et parfois socialement délicat. On trouve des familles avec la présence d’un parent ou d’enfants délinquants. Mais rarement des familles entières de délinquants. L’expulsion de toute une famille est chose rare et longue à être mise en œuvre. Pendant que Aeschlimann faisait des lois à tour de bras avec Sarkozy, que ne s’est-il pas occupé de rendre plus simples et rapides les procédures ?

Mise ne place d’un véritable partenariat police nationale/police municipale ? C’est chose faite dans le cadre d’une convention que monsieur pourrait consulter s’il s’en donnait la peine. Ces deux entités sont en contact régulier notamment dans les réunions sur la sécurité autour du maire, dans le cadre de la mise en œuvre du CLSPD, dans le cadre de la Gestion Urbaine de Proximité.

Allez, j’arrête là l’énumération des promesses bidons du candidat Aeschlimann.


Plus important est ce qu’on ne trouve pas dans ce programme

-          Aucune mesure contre le développement du trafic de stupéfiant dans nos quartiers ! Véritable économie souterraine qui menace nos enfants jusque dans leur intégrité physique, véritable injustice sociale qui fait désormais porter injustement le soupçon sur tous nos jeunes, comme s’ils étaient tous dealers.

- Aucune mesure pour prévenir les attroupements dans les halls d’immeuble, dans les cages d’escaliers, véritable source de gêne et de trouble du voisinage pour les habitants.

- Aucune mesure contre la consommation d’alcool et les addictions diverses qui menacent nos jeunes et moins jeunes et qui font basculer plus d’un dans la délinquance.

- Aucune mesure contre le décrochage scolaire véritable tremplin vers la délinquance.

- Aucune mesure pour renforcer la prévention du cambriolage afin de lutter efficacement contre ce fléau qui sévit partout en France.

- Aucun engagement ferme pour obtenir le renforcement des effectifs de la police nationale sur le territoire.

En un mot, Aeschlimann ne vit pas dans le même monde que nous. Il ignore les maux dont souffrent réellement nos concitoyens. Il se fait propagandiste illusionniste d’une sécurité qui se paye de mots et de principes mais qui n’a aucune prise sur la réalité. Ses mesures ne sont ni courageuses, ni efficaces. C’est du trompe-l’œil, de la mystification, de l’incantation. Rien de plus.

Mieux, après avoir critiqué encore et encore l’installation d’une Zone de Sécurité Prioritaire (ZSP) dans notre ville, Aeschlimann ne propose pas de la supprimer.

Après avoir combattu l’installation de la BST (Brigade Spécialisée de Terrain) sur Asnières-Colombes-Gennevilliers, il ne propose pas davantage de la supprimer.

Monsieur conserve-t-il la BST et la ZSP dans notre ville ? Car il nous revient à l’oreille que, selon son auditoire, son discours sur la question aurait tendance à varier ! De la clarté, monsieur ! Et du courage aussi, pour changer !


Le vrai bilan d’Aeschliman

Il affirme tout de go que de 2001 à 2008 il a réduit la délinquance de 30%. Le chiffre est bien sûr invérifiable, non sourcé. On peut donc légitimement soupçonner ces chiffres de fausseté tant qu’on ne sait d’où ils sortent.

Comment pouvons-nous oublier que de 2008 à 2012, M. Aeschlimann a essayé en vain de peser de tout son poids de député pour que des effectifs policiers nouveaux ne soient pas affectés à Asnières ? Le vrai bilan d’Aeschlimann c’est d’avoir prêté main forte, en tant que député jusqu’en 2012, à l’œuvre de destruction massive de postes de policiers, ce qui a eu pour effet une diminution drastique des effectifs sur notre ville.

Comment pouvons-nous oublier les années au parlement de M. Aeschlimann, années sombres d’un sarkozisme gesticulatoire, où chaque fait divers produisait une loi aussi inefficace que la précédente ? Le vrai bilan de Manuel Aeschlimann, c’est d’avoir contribué en tant que député à l’élaboration d’un nombre incalculable de lois sécuritaires dont l’effet sur le terrain s’est traduit par une délinquance de plus en plus violente, avec une explosion des violences faites aux personnes, des vols avec violences, des cambriolages…

Au cas où il l’aurait oublié, voici quelques rappels de ce que nous avons trouvé sur place en matière de lutte contre l’insécurité à Asnières à notre arrivée à la mairie en 2008 :

- Une police municipale qui surveillait les tracts des adversaires politiques et qui avait complètement rompu le pont avec les citoyens et notamment la jeunesse.

- Une jeunesse primo délinquante livrée à une politique des grands frères qui ne les en sortait pas mais jetait un voile pudique sur leur désarroi. Ils avaient pour seules armes des bons de commande pour organiser des barbecues et des sorties à grand frais pour acheter la paix civile.

- Une vidéoprotection aveugle avec des caméras obsolètes et un système de transport des images antédiluvien qui ne permettait que très rarement leur utilisation satisfaisante lors d’enquêtes policières.

 

Le bilan de Piétrasanta

police municipale« Aussitôt arrivé en 2008, M. Piétrasanta a cassé tout le dispositif mis en place ». Voilà l’affirmation grossière, mensongère et grotesque qu’on peut lire sous la plume de M. Aeschlimann.

Oui Piétrasanta a remis la police à la place qui est la sienne et non à surveiller les adversaires politiques. Oui Piétrasanta a mis fin à la politique des grands frères. Oui Piétrasanta s’est refusé à acheter la paix sociale au frais du contribuable. Il fallait du courage dans la volonté et de la cohérence dans l’action pour le faire. Les impôts des Asniérois vont aux jeunes soucieux de s’en sortir et non à ceux qui veulent profiter du système par la menace et le désordre.

- Le mandat de Piétrasanta a fait d’Asnières la 13ème  ville en matière de vidéoprotection, et la 5ème de France si on ramène le nombre de caméras au nombre d’habitant.

- Le mandat de Piétrasanta a renouvelé et étendu la vidéoprotection tout en optimisant le transport d’image et en en diminuant le coût.

- Le mandat de Piétrasanta est crédité de la création des médiateurs auprès des collèges qui ont considérablement fait reculer les violences aux abords de nos collèges.

- Le mandat de Piétrasanta a mis en place le Contrat Local de la Sécurité et de la Prévention de la Délinquance.

- Le mandat de Piétrasanta a créé le service des correspondants de nuit.

- Le mandat de Piétrasanta a fait venir des effectifs de police nationale.

- Le mandat de Piétrasanta est crédité de l’arrivée de la Brigade spécialisée de terrain (BST) sur Asnières.

- Le mandat de Piétrasanta a fait classer une partie de notre ville en Zone de Sécurité Prioritaire afin de sanctuariser les moyens mis au service des populations.


Piétrasanta et son équipe n’ont pas à rougir de leurs actions en matière de sécurité. Les résultats sont là. Nous n’avons aucune leçon à recevoir.

De 2008 à 2012, dans les pires années du sarkozisme triomphant, quand les violences explosaient de partout, Asnières a tenu bon. Notre ville n’est pas Marseille, Nice, Cannes, toutes villes administrées par la droite et les amis d’Aeschlimann, où la mort et la violence menacent à chaque coin de rue.

Notre ville n’est pas non plus une île isolée à l’abri des lourdes tendances d’une délinquance de plus en plus précoce, de plus en plus violente, de plus en plus mobile. Mais dans les maux qui accablent notre pays en matière de sécurité, la seule question qui vaille la peine d’être posée est celle-ci : où en serions-nous si vraiment le maire et ses équipes n’avaient agi efficacement et courageusement pour endiguer la vague de violence qui sévit partout dans notre pays ?

La sécurité ne s’obtient pas par la magie, par des mots ou par des mesures démagogiques. La gesticulation peut faire illusion un instant. Mais à la longue on le paye au prix fort. Nous payons aujourd’hui 10 années de fausses mesures sarkozistes avec la complicité d’Aeschlimann. C’est par un travail long, patient, cohérent et constant qu’on produit la sécurité. La sécurité n’est jamais acquise de manière définitive. Le délinquant est fait pour contourné la loi, défier l’ordre, mettre à mal le pacte du vivre ensemble. Chaque nouvelle mesure est un défi pour lui. Il n’a de cesse de la contourner, de la mettre en échec. Nous revendiquons l’ambition de travailler avec fermeté et ténacité, avec pragmatisme et efficacité, sans dogmatisme ni idéologie à la sécurité des Asniérois.

Nous nous en sortons mieux qu’ailleurs ! Nous nous en sortons aujourd’hui mieux qu’hier !

Commenter cet article

gucci replica 18/05/2015 08:00

Very good stuff with good ideas and concepts, lots of great information and inspiration, both of which we all need.

louis vuitton replica 18/05/2015 07:59

I've been trying to find out a little more about this kind of stuff, thanks for sharing