Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

La technique est redoutable. Elle a fait ses preuves jusqu’ici. La technique de l’enfumage, du jet d’encre ! L’art éprouvé de la diversion. Vous avez un problème dont vous avez du mal à vous défaire ? Suscitez un débat, lancez une initiative ! Occupez le peuple pour qu’il ne s’occupe pas de vous ! Sarkozy en a usé et abusé. Sauf que là, plus rien ne va. Tout ce que touche le Petit se transforme en bâton de m….

 

On refait la Nation pour masquer l’Etat de désordre

Tenez ! Empêtré dans une grotesque affaire de piston filial,  embarrassé de surcroît par un ministre désigné par sa femme dont la seule présence au gouvernement est ressentie par les siens comme une hymne  au tourisme sexuel,  assommé en sus par un procès contre Villepin qui lui revint en pleine gueule comme un boomerang, notre grand homme (petit g, petit h) a cru pouvoir faire diversion en nous envoyons son fidèle Besson..

Mesdames, messieurs nous allons causer de la FRRRRAAAAANCE ! Ah ! L’identité nationale. Le piège parfait ! La gauche va s’enferrer dans un procès en sorcellerie qui la décrédibilisera. Le Front va vitupérer contre la captation illégitime d’héritage. Bayrou va dire chiche et s’enfermer dans des considérations incompréhensibles au commun des Français. Et Sarko, plus Petit (grand pet) que jamais, trônera au-dessus de la mêlée, heureux comme un petit enfant sur son pot de chambre. A la fin on ne saura toujours pas ce que c’est qu’être Français. Mais là n’est pas l’essentiel. L’essentiel était de faire diversion.

En d’autres temps le piège aurait fonctionné à merveille. C’est une marque de fabrique du sarkozisme.

Las ! Voici que la Rama se la ramène façon diva. Et puis le Raffa qui s’y met. La suppression de la taxe professionnelle ne passera pas comme lettre à la poste. Lui et 23 sénateurs qui pensent tout haut pareil sans compter ceux qui pensent pareil mais tout bas. Et voici que Balladur et Juppé acquiescent. Et des députés qui écrivent sous la dictée d’un conseiller élyséen qu’ils veulent des milliards par paquets de dizaines pour faire grand emprunt quand le premier ministre n’en veut quelques uns pour ne pas faire faillite ! La chienlit au pouvoir je vous dis !

Et la belle diversion sur l’identité nationale imaginée par le fidèle Lassi du ministère de l’immigration tourne en eau de boudin.

 

Les sondages qui font désordre !

Notre vénéré président, maître ès manipulation sondagière perd aussi la main sur son terrain de prédilection. Lui qui arrosait les canetons amis de sondages à sa gloire payés par ses soins, ne peut même plus empêcher Paris Match (insupportable organe de la subversion gauchiste comme chacun sait) de publier les résultats de l’enquête qui l’enfonce aux abîmes de l’impopularité. Et cette presse qui ne respecte décidément plus rien de publier le lendemain des sondages où les Français réclament que Rama Yade reste au gouvernement !

 Non mais ce n’est pas vrai ! Ils le font exprès ! C’est Sarko qui gouverne ce pays oui ou non ? Lui qui décide qui reste au gouvernement et qui s’en va, oui ou non ? Et il l’a décidé. Rama restera au gouvernement. Ouf ! Notre président gouverne toujours… avec les sondages !

 

La légende du mur !

Dans la ferveur de la commémoration de la chute du mur de Berlin, il nous poste sur son Facebook qu’il y était cette nuit-là. Photo à l’appui. Témoins cités pour vérifier.

Et puis ces journalistes insolents se mettent à fouiner. Non mais depuis quand les journalistes français enquêtent ! En d’autres temps ces salauds se seraient contenté de recopier les dépêchent d’agence reprenant la belle prose présidentielle. Plus maintenant. Ils enquêtent. Ils interrogent les témoins cités. Ils appellent le photographe. Ils recoupent l’information. Des journalistes qui deviennent pro. On aura tout vu. El Kabach où es-tu?! L’organisateur du voyage assure qu’ils sont partis en avion privé. L’un des voyageurs se souvient qu’ils y sont allés en train. Le gouverneur de Berlin qu’ils affirment avoir rencontré ne s’en souvient plus. Résultat de l’enquête : les journalistes les plus généreux datent la photo du 10 novembre au plus tôt et d’autres la situent carrément aux alentours du 15, soit une semaine après l’événement.

Alors ! Quand c’est que tu y étais, mon petit Nicolas ?

Sacré Sarko ! Il voulait marquer l’histoire. Et maintenant que tout s’écroule autour de lui, il se contente de la refaire. Prions le ciel qu’il rate au moins le mur vers lequel il nous amène pied au plancher.

 

A la recherche de la photo qui fera date !

En attendant il est à la recherche de sa photo marquante. La Photo (grand P) qui fera de lui le grand président qu’il ambitionne. Ce ne sera pas celle de son mur de Berlin c’est sûr. Alors en ce 11 novembre il invite Merkel au pied de l’Arc de Triomphe sur la tombe du soldat inconnu. Il y eut De Gaule et Adenauer. Il y eut Mitterrand et Kohl. Il y aura, défense de se gondoler,  Sarkozy et Merkel ! Et comme ils n’ont peur de rien à l’Elysée, ils nous parlent de réconciliation franco allemande ! Merkel est peut être fâchée contre Sarko. Mais il y a longtemps que la réconciliation est faite entre les deux rives du Rhin. Notre président n’entend décidément rien à l’histoire !

Prions pour que Merkel, qui vient de rempiler pour quatre ans, trouve un jour, de ce côté du Rhin, son De Gaule ou son Mitterrand ! Au regard du désordre qui règne au sommet de l’Etat, elle peut nourrir de bonnes espérances pour le 11 novembre 2012 !

Quand à la photo qui fera entrer Sarko dans l’histoire, elle existe déjà. Et elle est ici.

Commenter cet article