Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

Pour vous raconter, à ma manière bien entendu, la campagne des  municipale 2014, j’ai choisi d’aller observer  un village de France, Quoneries-en-Campagne, bocage paisible et verdoyant d’une campagne profonde quelque part en France. Bien sûr, certains auront vite fait de trouver quelque ressemblance avec l’affairement des candidatas en campagne dans ma bonne ville d’Asnières, ville où je suis moi-même acteur d’une campagne municipale qui s’annonce palpitante. Mais toute ressemblance avec des personnages ou des situations réelles ou ayant existé est et ne sera que fortuite.

Les Quoneriens et les Quoneriennes, c’est ainsi qu’on appelle les habitants du cru, ont quelque chose de particulier : ils ne font jamais rien comme tout le monde. Alors, une campagne électorale àQuoneries-en-Campagne … vous pensez bien que ça vaut le détour.

Le premier épisode de ma chronique quonerienne est titré : Ils osent tout. En même temps, oser tout à Quoneries-en-Campagne, ça va de soi. C’est d’ailleurs à cette audace qu’on reconnaît les illustres habitants de ce charmant bourg.

 

Balais et Poubelles

Il y a quelques semaines, un des candidats qui brigue le siège du jeune maire actuel, a sorti ses balais et brouettes pour signifier de manière spectaculaire et médiatique, du moins c’est ce qu’il espérait, à quel point le village était salle et qu’il était urgent qu’il vienne tout nettoyer. Pour bien montrer que c’est lui qui a eu cette idée génialissime il n’a pas hésité à affubler ses brouettes à ordure de sa riante effigie.

Lancer une campagne de salubrité en plein automne pour ramasser  des feuilles mortes par pelletées…  Sacrée audace. Mais coller son effigie à une benne à ordure en pleine campagne électorale, c’est tout de même prendre le risque de finir à l’intérieur de la benne si les électeurs se mettent dans l’idée de faire le nettoyage parmi leurs élus. Cet élu, déjà condamné pour avoir été pris les doigts dans le pot de confiture, et visé à ce qu’il paraît, par une nouvelle procédure, pourrait faire les frais d’une telle campagne de salubrité publique...

 

Tout et son contraire

Un autre candidat, qui a déjà été maire et rêve de le redevenir, aurait rassemblé des jeunes dans un coin du village pour leur promettre tout ce qu’ils voulaient. Il leur aurait même promis de supprimer la Brigade de Police spécialement dédiée à un territoire de la ville. Il s’est gardé de leur révéler  qu’il n’en a pas le pouvoir. Mais que l’on se rassure : c’est le même qui promet à tous les autres habitants, surtout aux plus âgés, plus de sécurité. Ceux qui ont de la mémoire dans le village, et il en reste à Quoneries-en-Campagne, se souviennent que celui-là ne regarde jamais à la cohérence de ses promesses. Si les Quoneriens osent beaucoup, lui est au-dessus du lot.

 

Harceler l’adversaire

L’un des charmes des campagnes électorales en France, c’est le rendez-vous des militants avec les habitants. Tracts à la main et bagou à en revendre, on racole, on distribue, on essaie de convaincre… Quoneries-en-Campagne n’est pas en reste. Sur la place du marché, devant la supérette, au pied des tours de la petite cité HLM, candidats et militants se donnent rendez-vous. Mais à Quoneries, il y a un truc spécial.

Il semblerait, je l’écris au conditionnel, il semblerait donc que l'entourage de l’un des candidats ait donné consigne à quelques caïds de quartier pour harceler systématiquement le maire sortant et ses amis en campagne. Des coïncidences étranges ont porté les Quoneriens et les Quoneriennes vers cette hypothèse. C’est toujours le maire en exercice et ses amis qui sont conspués : un jour au pied de la tour HLM, le jour suivant devant la supérette, le dimanche sur la place du marché... Il y a aussi le fait que  les gars, pas futés,après avoir agoni d’injures et d’invectives les militants du maire en exercice, n’oublient jamais de professer leur choix d’un candidat, toujours le même qui se trouve être l’ancien maire. De là à penser qu’ils sont en mission commandée…

Voilà. Ce sera tout pour cette première chronique de la campagne quonerienne pour les municipales 2014. Les prochains épisodes promettent d’être tout aussi croustillants.

Commenter cet article