Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

 Madame sourit sur affiche

Par ces temps automnaux où les feuilles de nos arbres retournent à la terre nourricière préparer le regain du printemps, nous avons vu fleurir sur nos panneaux les affiches au sourire commercial de Marie-Dominique Aeschlimann. Feuilles mortes pour feuilles mortes, nous préférons celles-là qui annoncent l’espérance du printemps à celles-ci qui nous replongent dans des cauchemars dont le souvenir et les effets continuent de traumatiser nos esprits et les caisses de notre trésorerie alourdie par 177 millions d’euros de dette. En bas de sa bobine sur papier glacé est inscrite cette injure à notre intelligence : « une élue proche de vous » ! Et moi je suis le pape !

 

Pendant que son mari peaufine l'image d'un présumé criminel de guerre


Pendant ce temps, son mari devenu avocat, embrasserait les grandes causes. C’est au détour d’un confidentiel de Jeune Afrique que j’apprends que notre ancien maire comptait désormais parmi l’armada des avocats de Jean-Pierre Bemba actuellement en délicatesse avec la Cour Pénale Internationale. 

Tout le monde n’est pas au courant des affaires africaines. La complexité des conflits de l’ex-Zaïre aujourd’hui République Démocratique du Congo est telle qu’on ne saurait reprocher à quiconque de n’y rien comprendre. Bemba n’est pas n’importe qui. La CPI lui reproche d’avoir trempé dans les crimes survenus au cours des nombreux conflits qui ont ensanglanté l’Afrique centrale par la grâce de son Mouvement de Libération du Congo de triste mémoire.

Les charges qui pèsent contre lui sont lourdes. II a été arrêté en Belgique le 24 mai 2008 suite à un mandat établi par la CPI  en raison d'accusations de crimes sexuels, crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis lors des incursions de ses troupes en République centrafricaine pendant la période allant du 25 octobre 2002 au 15 mars 2003. Il est transféré à La Haye en juillet 2008.

Pour se familiariser un peu plus avec le nouveau client de nottre député, il faut savoir que Bemba est un héritier riche et fortuné de la sinistre époque de la dictature de Mombutu. Candidat aux dernières élections congolaises (il a été battu au second tour obtenant 42% des suffrages), les observateurs ont évalués à près de 20 millions de dollars US, l’argent dépensé pour sa campagne. La surface financière du monsieur attire donc beaucoup d’avocats. Mais loin de moi l’idée que cette fortune soit la seule cause qui mobilise autant de cabinets d’avocats de par le monde. Le goût de la justice, la défense des peuples d’Afrique spoliés par des dirigeants indélicats et surtout de la paix en Afrique doivent jouer un grand rôle dans le choix de ce client si méritant par le cabinet Schnerb. Surtout que comme Sarko, Bemba est un grand ami de Khadafi qui lui a fourni armes et munitions dans sa tragique incursion en Centraffrique.

Mais tout ceci sous réserve que le confidentiel de Jeune Afrique soit véridique.

Le voici in extenso : «  Dans la perspective de l’ouverture, en avril 2010, de son procès devant la Cour pénale internationale (CPI), Jean-Pierre Bemba étoffe son équipe de défenseurs avec le recrutement de Me Manuel Aeschlimann, du cabinet parisien Olivier Schnerb. Député des Hauts-de-Seine, celui-ci fut le conseiller de Nicolas Sarkozy (qui est le parrain de son fils aîné). Il n’a prêté serment en tant qu’avocat qu’en mars 2008, après sa défaite aux municipales à Asnières, dans la proche banlieue parisienne. Dans l’affaire Bemba – qu’il a rencontré pour la première fois le 22 octobre –, Aeschlimann devra surtout veiller à l’image de son client et sera à pied d’œuvre dès le 2 décembre. C’est en effet ce jour-là que la CPI doit se prononcer sur la mise en liberté provisoire de son client… »

Après avoir pour ainsi dire pantouflé dans un cabinet rémunéré par la municipalité quand il en était le maire, voici Me Aeschlimann chargé de peaufiner l’image Bemba. Le peuple Congolais saura lui être reconnaissant pour cette grande œuvre humanitaire.

L’épilogue provisoire de ce début d’aventure africaine s’est pour l’instant soldé par un échec. La demande de mise en liberté provisoire de M. Bemba a été rejetée le mercredi 2 décembre dernier par la CPI. Bemba restera donc en prison. N'attribuons pas cela à la jeunesse de l'expérience professionnelle de Me Aeschlimann. A sa décharge il n'a pas à assurer la défense de son gros client.

Il faut reconnaître que le député-avocat a fort affaire pour l’image de son client. La CPI s’était déjà prononcée en août dernier pour sa mise en liberté provisoire en attendant sa comparution. Décision aussitôt frappée d’appel par le procureur OCampo. Mais ce qui a causé beaucoup de dommage à l’ancien vice-président congolais, c’est qu’aucun des Etats contactés pour l’accueillir provisoirement ne voulait d’un hôte aussi embarrassant.

Allez ! Courage Manuel ! Si tu n’y arrives pas on ne t’en voudra pas. Mais c’est un gros client. Faut pas lâcher l’affaire !

Commenter cet article

benaek 07/12/2009 19:39


Et moi je suis le pape ! sa serais  trop honneur et une insulte a son inteligence..


GOMEZ FELICIANO 08/12/2009 09:41


Vous avez tout compris; je suis d'accord avec: "Marie-Dominique une élue proche de vous" est une affirmation tout à fait insultante pour notre intelligence.  De la même manière que vous avez
compris que si j'affirmais être le pape ce serait une injure aussi bien pour le pape que pour votre intelligence. Je ne suis pas plus le pape que Marie-Dominique n'est une élue de proximité.