Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

La campagne des municipales est ouverte à Asnières. Le signe qui ne trompe pas c’est le degré de démagogie dont Monsieur ou Madame Aeschlimann peuvent faire preuve. Lorsque l’un ou l’autre, ou les deux, d’un même élan se mettent à franchir, les unes après les autres, les limites de la décence, il n’y a qu’à consulter leurs blogs pour s’en apercevoir, c’est qu’il y a une campagne en cour.

L’objet de ma présente ire est lisible sur le blog de Mme Arschlimannn. Il n’est pas dans mes habitudes de faire de la pub pour les organes de propagande du couple Aeschlimann. Mais l’article dont vous trouverez le lien ici vous convaincra de n'y jamais retourner ni conseiller à quiconque d’aller s’y égarer. A vous de juger. http://www.mdaeschlimann.com/2013/09/la-mairie-a-abandonne-les-mourinoux/

Avec force photos, madame veut convaincre l’asniérois du nord que la municipalité laisse les populations croupir dans la saleté. Cet article est un chef d’œuvre de mensonge, un monument dressé à la gloire de l’irresponsabilité politique, une putride illustration de ce que peut être la démagogie la plus vile quand le désir de salir l’adversaire donne congé à la raison et met en veilleuse la conscience individuelle.


Un chef d’œuvre de mensonge

Ces photos sont prises dans la résidence des Genêts. De là à clamer tout le quartier des Mourinoux est abandonné, il y a un gouffre que notre chroniqueuses des poubelles et photographe des ordures ménagères n’a pas hésité un seul instant à franchir. C’est donc un mensonge de partir d’un immeuble pour salir tout un quartier.

C’est un mensonge aussi lorsque l’on tait la réalité en feignant de l’ignorer. La vérité de ses photos dit autre chose que ce raconte notre reporter du dépôt sauvage. Ces cartons envahissants ne sont pas posés par la municipalité mais bien par des habitants et très probablement par quelque résident de cet immeuble.

Mensonge éhonté quand l’article de madame laisse à croire que la municipalité peut s’autoriser à intervenir de son propre chef sur une propriété privée, quand  bien même ce serait sur demande d’un habitant sans doute de bonne foi et légitimement agacé par un tel manque d’hygiène au pied de son lieu de vie.

Mensonge enfin quand madame situe ces ordures sur la voie publique, en l’occurrence la rue des Mourinoux (citation « C’est le cas de la rue des Mourinoux envahie par les ordures depuis samedi »), alors qu’elles se situent à l’intérieur de la résidence des Genêts.


Un monument d’irresponsabilité

La responsabilité politique nous oblige à la vérité quand bien même celle-ci peut ne pas plaire à l’électeur. Il est irresponsable de ne pas dire la vérité.

La municipalité a pris ses responsabilités lors des concertations et des informations successives pendant tout le processus de résidentialisation. Le principe même de celle-ci est la séparation de l’espace public de celui privé. Sa  finalité est la responsabilisation du citoyen dans la prise en charge de son cadre de vie immédiat aux côtés de la puissance publique qui lui garantit la propreté et l’entretien de l’espace communautaire.

Le rôle de l’élu, n’est pas d’encourager l’incivilité, les comportements qui n’ont pas lieu d’être en communauté. La vraie défense des citoyens honnêtes et soucieux de vivre dans un cadre serein et propre n’est pas de détourner leur colère vers un faux coupable, mais d’être à ses côtés pour engager sans merci le combat contre les voisins indélicats.

Ce combat est long, difficile et ingrat. Mais  c'est celui-là que la municipalité d’Asnières mène, elle qui n’a jamais renoncé à ses responsabilités. En choisissant la résidence des Genêts pour nourrir sa vaine querelle contre la municipalité d’Asnières et les agents du service public qui font leur métier avec honnêteté et courage, madame tombe juste à côté de la plaque. Madame est donc ignorante de la fête des voisins bien particulière qui a eu lieu dans cette résidence au mois de juin dernier réunissant de nombreux habitants autour du bailleur, des services de la gestion urbaine de proximité et des agents de la propreté. Ce jour-là des informations larges et claires ont été données aux habitants sur la gestion des ordures ménagères, du tri sélectif enterré, des encombrants. Ce jour-là, le résident indélicat  qui a posé ses cartons au pied des bornes enterrées était sans doute absent comme madame Aeschlimann. La première responsabilité de l’élu est de se tenir au courant de ce qui passe chez lui.

En choisissant de stigmatiser tout le quartier des Mourinoux, madame se trompe aussi. Son article est publié le 12 septembre, soit le lendemain du jour où le quartier, notamment la rue Robert Lavergne et  la rue des Mourinoux ont bénéficié de la grande opération de nettoyage mise en place par la ville. Il est irresponsable pour une élue d’ignorer à ce point ce qui se passe dans sa ville.

En choisissant de titrer sur l'abandon, madame ignore que non loin de là, à quelques mètre des Genêts la municipalité vient de refaire entièreent la rue de la Sr Valérie à la plus grande joie des enfants et des familles qui l'empruntent quotidiennement pour se rendre à l'école.


Une putride illustration de la démagogie

En choisissant des photos d’ordure ménagère pour illustrer ses méthodes démagogiques, madame ne pouvait pas faire plus allégorique.

De quoi ces photos sont-elles l’illustration ? Sans doute plus de la manière dont madame entend faire campagne que de l’état réel de nos quartiers. Car lorsqu’on préfère encourager l’incivilité plutôt que de la combattre, on fait de la démagogie et de la pire manière qui soit.

De quoi ces photos sont-elles l’illustration? De la volonté de se faire des voix à bon compte. C’est bien de clamer que tout un quartier est abandonné quand on a, soi-même, et ce pendant des années, tenu ce même quartier pour négligeable.

De quoi ces photos sont-elles l’illustration? De l’incohérence. On ne peut pas d’un côté sauter sur son clavier à chaque fait divers pour fustiger l’insécurité et de l’autre encourager l’incivilité du quotidien, celui qui indispose le plus nos concitoyens.

De quoi ces photos sont-elles l’illustration? De la navigation à courte vue. Car ces pratiques dommageables de quelques habitants mal intentionnés, ne cesseront pas tant qu’on n’y fera pas tous face pour protéger les citoyens ordinaires, notre environnement immédiat et nos impôts.


Si le programme électoral de Mme Aeschlimann consiste à encourager les citoyens à déposer leurs ordures n’importe où et n’importe quand, d’empêcher, par le stationnement anarchique, les camions d’enlèvement d’approcher des bornes d’apport volontaire,  comptant sur l’argent du contribuable pour engager les frais supplémentaires induits par leur incurie, c’est son problème.

Quant à moi, j’encourage les habitants des Hauts d’Asnières, et plus spécialement ceux des Genêts à continuer à se battre à nos côtés contre les voisins malfaisants, ceux qui garent leurs voitures n’importe où et empêchent le camion poubelle de passer à dates et heures dues, ceux qui déposent tout et n’importe quoi en tout temps et en tous lieux sans aucune gêne.

En attendant, nous réclamons du respect pour notre intelligence et rappelons à madame Aeschlimann que nous ne nous trompons jamais d’adversaire et que nous sommes loin d’avoir oublié tout ce qu’elle n’a pas fait pour les Hauts d’Asnières et les Mourinoux quand elle en avait le pouvoir.

 

Commenter cet article