Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

La tactique du pompier pyromane

Je ne vais pas nier les difficultés qui sont celles de mon quartier en matière de sécurité. C’est malheureusement le lot de nombreux autres quartiers et villes à travers toute la France. Des lois à répétition, les gesticulations au plus haut sommet de l’État depuis bientôt dix ans n’ont malheureusement pas concouru à résorber ces difficultés, ni les autres d’ailleurs qui ont pour nom, chômage, pouvoir d’achat, éducation, santé et bien d’autres maux dont notre pays est accablé, faute d’avoir des dirigeants à la hauteur de la situation.

Je ne vais pas davantage m’épuiser à fustiger ici ceux qui soutiennent une politique de désengagement généralisé au plan national et jouent aux vierges effarouchées au plan local, soutiens inconditionnels des populations qu’ils ont contribué à mettre en difficulté, défenseurs zélés de la veuve et de l’orphelin, avocats de la police et de la gendarmerie… Ils n’ont de cesse de mettre sur le dos des collectivités locales, les charges régaliennes dont ne cesse de se délester l’État. A Asnières, nous avons un député qui, non content de voter des lois qui fragilisent les territoires et les populations, a fait tout ce qui était en son pouvoir pour que les autorités ne nous octroient pas les moyens nouveaux dont nous avons besoin pour lutter efficacement contre l'insécurité.

 

Le malheur des uns...

C'est de bon droit que je veux crier publiquement mon indignation ici face à l’attitude du couple Aesclhimann dont les interventions à répétition en matière de sécurité, et surtout lorsqu'il s'agit des Hauts d'Asnières, ressemblent de plus en plus en plus à une conjuration pour avoir la peau du quartier. Certes, le quartier ne les a pas ménagés ces dernières années en leur infligeant des défaites à répétition. Leur rancune à son égard peut se comprendre. Il semble d'ailleurs que ce soit réciproque. Mais cela justifie-t-il leur acharnement à vouloir le salir encore et encore ? Pourquoi cette systématisation de la médisance contre les Hauts d'Asnières ? Pourquoi une stigmatisation caricaturale du quartier est-elle devenue la règle sur les blogs des époux Aeschliman ?

 

Fait le choux gras des autres

Prenons l'exemple des faits survenus le week-end dernier et dont la presse s'est fait l'écho. La Brigade Spécialisée de Terrain a été prise à partie dans le quartier du Luth à Gennevilliers. Ceci n'a pas été sans provoquer quelques répercussions sur notre quartier, les opérations de maintien de l'ordre ayant provoqué le blocage partiel de l'Avenue de la Redoute côté Asnières et une déviation des itinéraires des bus qui n'ont pas été épargnés dans cet affrontement.

Hallucination délirante ?

De ces graves incidents survenus à Gennevilliers, il a résulté de la part du couple princier un compte rendu à leur manière. Cette fois, l'exagération burlesque à laquelle nous avions ordinairement droit a cédé la place à de la pure désinformation ; désinformation qui, dans une certaine mesure, pourrait ressembler à de la diffamation. Quand Madame a voulu rendre compte de l'article du Parisien relatif aux arrestations au Luth voici comment elle titre son article : « Hauts d’Asnières : le quotidien des habitants affectés par les affrontements de ce week-end. » Qu'importe si l'article auquel nous renvoie Madame n'a aucun rapport avec Asnières et les Hauts d'Asnières ! Qu'importe si ce deuxième article en deux jours du Parisien confirme que les Hauts d'Asnières ne sont pour rien dans les échauffourées du week-end ! L'essentiel est de le laisser croire. De susciter la peur et de provoquer la panique dans le quartier.

La veille déjà, Madame, se faisant l'écho d'un premier article du même journal, n'avait pas lésiné sur la sonnette d'alarme : « Les Hauts d’Asnières, une poudrière ? » Ce titre en forme d'interrogation est sensé reflété le contenu du premier article du Parisien qui a narré les incidents. Malheureusement pour madame, cet article n'impute pas aux jeunes Asniérois les troubles qu'ils relatent. Ce n'est pas ce qui va retenir Notre-Dame des beaux quartiers. En peignant le nord avec des accents dignes d'un reporter de guerre dans Bagdad assiégé, elle est sûre de son effet : la peur, l'angoisse et la panique.

Madame La Malice a plus d'un tour dans son sac. Comme l’article de renvoie ne décrivait rien de la tragédie annoncée par le titre, elle sort les archives et fait commencer l’histoire au… 13 juillet 2008 : « Dans ces quartiers où le 13 juillet 2008 avait été dramatique (le commissaire adjoint avait été grièvement blessé à l’œil suite à un jet de projectiles), les habitants ont souvent le sentiment de vivre sur une poudrière. Depuis ce mois de juillet 2008, entre les occupations de halls d’immeubles où les délinquants et les réseaux mafieux en tous genres ont pris leurs aises, les violences urbaines régulières, les trafics de drogue, les habitants attendent des jours meilleurs, la peur au ventre. Et encore, on est en plein hiver… » Excusez du peu. Nous changeons de dimension. Ce n'est plus Bagdad. C'est Bogota, Détroit et Ciudad Juarez réunis.

Ou rêve secret ?

Et pour ne pas être en reste, c’est Monsieur qui prend le relais. Comme toujours avec lui, Il faut s'attendre au pire. Asnières : le quartier nord bouclé, titre-t-il sur son blog. A en croire notre reporter du dimanche, nous serions plutôt en plein ghetto de Varsovie. Je cite : « Hier soir, 4 février 2011, impossible de traverser les quartiers nords [nord avec s dans le texte, ndlr] d’Asnières -aussi baptisés Hauts d’Asnières lorsque j’étais Maire-. Tout ce (grand) quartier était en effet bouclé par les CRS, suite à des violences en bandes organisées. Entre l’avenue de La Redoute à Asnières et la citée du Luth à Gennevilliers, les policiers ont eu fort à faire. Rendons leur hommage une nouvelle fois »

Impossible de traverser le quartier ? Des violences en bandes organisées dans les Hauts d'Asnières ? Pures inventions. Il eût suffi au couple de se déplacer et d'interroger. Mais pourquoi se donneraient-ils cette peine. Le quartier tel qu'ils voudraient qu'ils soient mais non pas tel qu'il est ! Voilà le combat d'infamie, de calomnie et de médisance, qu'une fois passée dans l'opposition, ils ont engagé contre ses habitants après avoir, pendant de longues années, fait de leur mieux pour leur maintenir la tête sous l'eau. Quel appétit du pouvoir fait à ce point perdre tout sens des responsabilités ? Peuvent-ils seulement imaginer à quel point ils peuvent blesser ceux qui ont un amour profond pour leur quartier ? Savent-ils seulement à quel point cette entreprise de discrédit jeté sur le quartier handicape les habitants, surtout jeunes, qui cherchent un travail ? Cherchent-ils délibérément à compromettre les projets de développement économique en cours ? En décrivant un quartier aussi hostile, leur but n'est-il pas d'y rendre improbable l'installation d'entreprises au moment où la municipalité veut faire de ce quartier un pôle économique majeur de la ville ?

 

Assez !

Les tactiques électoralistes du couple Aeschlimann impliquent des méthodes que je réprouve profondément et que je m'applique avec constance à dénoncer. Mais il y a comme une escalade qu'il convient de stopper avant que cela aille plus loin. Il y a dans les Hauts d'Asnières des femmes et des hommes de plus en plus nombreux qui n'en peuvent plus de leur sollicitude carnassière qui ne les fait s'intéresser à eux que lorsque leur malheur peut servir leur propagande démagogique.

Des bornes ont été passées. Il ne faudra pas pousser le bouchon trop loin. La poudrière peut se rebiffer. Souvenez-vous, madame, monsieur. La dernière fois que la poudre a parlé dans le quartier, vous étiez assis sur le baril. Vos fesses se souviennent encore de la déflagration de ce 16 mars 2008. Sans doute un traumatisme dont l'anniversaire approchant vous fait perdre le sens de la mesure ! Il est urgent de retrouver sinon la raison, au moins un peu de dignité.





Commenter cet article

jacques.fayau@gmail.com 07/03/2011 19:52



Jamais Sarkozy n'a été aussi impopulaire...et LE GAC s'en
réclame maintenant ?



jacques.fayau@gmail.com 14/02/2011 02:11



et le 13 Février :FIAT LUX .et la LUMIERE fut !


la donne change :


j. FISCHER est la « majo départementale ».



LE GAC est 1 des tendances (sortante par CHAVINIER )de l’UMP.