Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

La droite Asniéroise en méforme.

La droite sarkoziste asniéroise n’a pas été épargnée par le malheur qui s’est abattu sur le parti unique présidentiel. En ne rassemblant sous sa bannière que 32% des votants, malgré une mobilisation convenable dans ses bureaux de vote habituels, Marie-Dominique Aeschlimann n’a pas fait de miracle. Ne le dites pas à son mari, qui dans un article de son blog n’est qu’éloge et admiration pour sa tendre. L’addition des suffrages républicains antisarkozistes devancent de plus de 10 points la liste où figure l’élue « si proche de nous » qu’on ne la voit que rarement. En lui enjoignant le score de Nicolas Dupont-Aignant, la majorité présidentielle parvient difficilement à dépasser le seuil des 36%.

 

Une opportunité historique de redessiner la carte électorale de notre ville.

Les électeurs asniérois, deux ans après les municipales, se retrouvent à nouveau devant un défi comme ils aiment à relever. Ce défi est double :

-         Conjurer l’abstention. Oui Sarkozy et l’UMP ont trahi, gravement menti. Mais nous ne pouvons pas faire payer à notre démocratie les péchés d’une clique gouvernante dont le seul intérêt est de nous désespérer de plus en plus pour mieux conserver ses prés carrés. L’abstention conforte Sarkozy et les siens.

-        Mettre les forces antisarkozistes rassemblées loin devant les amis de Nicolas Sarkozy. A Asnières nous savons avoir les audaces nécessaires quand le bien commun est en jeu. Nous en avons déjà fait la preuve. Socialistes, écologistes, progressistes et démocrates proposent une majorité nouvelle. Cette alliance nouvelle que nos votes ont imposée doit être massivement confirmée dans les urnes dimanches prochain. Les socialistes ont su s’ouvrir aux personnalités de la société civile. Les écologistes ont su se rassembler nonobstant les trajectoires parfois opposés de leurs itinéraires militants. La radicalité de gauche a su nous faire la démonstration de la pertinence de ses avertissements quand est survenue la crise financière dont nous n’avons pas fini de payer les conséquences économiques et sociales, alors que déjà sous nos yeux se goinfrent à nouveau les banquiers et les magnats du CAC40. Cette offre politique est inédite et ambitieuse. Donnons-lui une chance

Nous pouvons et devons relever ce double défi à Asnières  malgré nos différences. Je sais ce qui m’éloigne du communiste et me rapproche de l’électeur écologiste des beaux quartiers d’Asnières. Je sais ce qui me rapproche du communiste et m’éloigne de l’électeur écologiste de centre ville. Mais quand un président de la République a mis tant d’énergie à diviser son peuple, la meilleure réponse que nous puissions lui apporter est de lui faire la démonstration que nous savons nous rassembler.

 

En ce jour du deuxième anniversaire de votre audace historique…

Il fut un temps à Asnières où la théorie ségrégationniste à l’œuvre à la tête de l’Etat aujourd’hui était la règle dans notre ville. Il y a exactement deux ans aujourd’hui, nous asniérois avons choisi de dire non et de nous rassembler pour notre ville. En ce 16 mars 2010, jour anniversaire de votre historique audace, je vous en conjure, ne renoncez pas. Nous ne sommes pas du même bord. Mais nous pouvons chercher les mêmes horizons.

Aux habitants de mon quartier, je dis que l’abstention n’est pas toujours une voix qui s’entend ; et quand elle s’entend, elle ne porte que le sens que veulent bien lui donner ceux qui l’écoutent. Dans mon quartier des Hauts d’Asnières nous ne sommes pas déçus par Sarkozy. Nous n’avons jamais cru en ce type. Voici l’heure de notre revanche. Ne boudons pas notre palisir.

En choisissanle le bulletin HUCHON dimanche,

vous ne renoncerez à rien de ce que vous êtes.

Commenter cet article