Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

Dans sa sympathique propagande, manière Pravda de la belle époque, le député sortant a voulu convaincre l’électeur de revoter pour lui en lui infligeant 15 bonnes raisons, pas moins, qui plaideraient pour son éminente personne.

Grand mal lui en a pris. Puisque mon esprit tordu n’a pas eu à se torturer longtemps  pour  découvrir que ce sont là autant de bonnes raisons pour ne pas voter pour lui. En voici la preuve, dans l’ordre des raisons invoquées par notre inénarrable député.

  1. Député actif au parlement : d’après le site www.nosdeputes.fr, celui qui représente la 2ème circonscription des Hauts de Seine figure parmi les 150 députés les moins actifs au parlement dans plusieurs catégories. Allez zyeuter vos même. C’est ici
  2. Un député à votre écoute et proche de vous. Que les Asniérois qui croient à cela du fond de leur cœur lèvent la main. Si on demandait aux asniérois et colombiens qui croient en cette proximité du député avocat international, et seulement à eux de voter pour le sortant, je ne suis même pas sûr que notre député  votera pour lui-même.
  3. Un député au service des Français ? On posera la question à  Bemba, Olomidé… et autres sommités congolaises.
  4. Nicole Gouéta, ma suppléante, une femme active et compétente. Tellement vraie qu’elle n’était pas sa suppléante en 2007, alors que se profilait une municipale délicate et surtout qu’on attribuait alors à celui qui était encore un Sarkoboy en cours, un destin ministériel. Mais à cette époque, la compétente Gouéta n’était pas en mesure de suppléer le grand député des Hauts de Seine.
  5. Protéger la famille et promouvoir ses valeurs. Rien qu’à voir le nombre de places en crèche laissées au terme de son mandat de maire, on en est convaincu. Lui ne s’occupera pas de nos familles.
  6. Renforcer la sécurité et l’autorité de la justice ? En continuant à diminuer les effectifs de la police et en supprimant des juridictions de proximité comme il les a votés pendant 5 ans ? Non merci !
  7. Baisser le déficit public et la dette ? Mais bien sûr. Il existe un double réquisitoire de l’expérience passée du candidat qui plaide contre sa compétence en matière de maîtrise du budget et des finances. Il est, d’une part, solidaire de la catastrophe budgétaire des 5 dernières années (+ 600 milliards de dette publique) ; d’autre part, il passera à la postérité asniéroise comme le maire qui a le plus endetté la ville et surtout avec des produits hautement toxiques pour nos finances.
  8. Libérer les PME, soutenir le commerce de proximité et les artisans ? Pour cela il veut lutter contre la paperasserie. Il ne doit vraiment pas être au courant de toutes les lois votées en son nom par les amis à qui il donne pouvoir. Il doit ignorer aussi toutes les lois venues  de Bruxelles, votées par ses amis majoritaires au parlement européen et qu’on doit transcrire sans coup férir dans la législation nationale.
  9. Promouvoir la formation et l’emploi en France ? C’est un expert qui vous parle. Le chômage il sait ce que c’est. Il a soutenu un gouvernement qui l’a augmenté d’un million d’âmes.
  10. Garantir la réussite scolaire ? Une telle ambition venant de celui qui a voté la suppression des maîtres dédiés au Réseau d’Aide à la Scolarité des Enfants en Difficulté (RASED), la suppression des postes d’enseignants et de surveillants y compris en Zone d’Education Prioritaire, la stagnation, voire la diminution dans certains cas, des fonds alloués au Programme de réussite éducative….   Tellement crédible !
  11. Améliorer la santé de tous ? Augmentation du forfait hospitalier, déremboursement des médicaments, diminution des remboursements de la Sécurité sociale, taxation des mutuelles, un bilan législatif qui plaide éloquemment pour la sortie du député sortant.
  12. Garantir la justice sociale, combattre les fraudes, les abus, l’assistanat ? Les mesures préconisées par le député sortant valent le détour. Tous les poncifs de la droite droitière y sont, y compris des mesures contre les plus riches qu'il a oublié de faire prévaloir au cours de son mandat finissant. Si les Français n’ont pas cru le maître Sarkozy, pourquoi  les asniérois et colombiens le croiraient, lui, l'élève déchu ?
  13. Contrôler l’immigration, réussir l’intégration ? Il faudrait rappeler au député sortant, que dans notre circonscription il n’y a pas tellement de FN et que les mesures annoncées par le candidat Sarkozy, c’était pour  prendre à Mme Le Pen quelques voix. Ici à Asnières, il n’y a pas grand-chose de ce côté-là. Sarkozy a peut-être oublié de dire au député que la réduction de moitié de l’immigration légale, c’était une vaste blague.
  14. Garantir la dignité de chacun par l’accès au logement ? Combiens de logements sociaux construits à Asnières pendant que le député sortant en était le maire ? Quel respect de la loi SRU ? Pendant des années Asnières a été livré aux bétonneurs privés. Quels soutiens aux associations agissant contre le mal logement ?
  15. Promouvoir une France indépendant  dans une Europe Forte ? rien que ça ! C’est comme si c’était fait.

Monsieur le député et la réserve parlementaire : il y a des réserves

Pour faire la preuve de sa débordante activité, ce sont les associations qui sont appelées à la rescousse de la propagande électoraliste du député candidat.  Leurs lettres de remerciement, dont elles ne se doutaient pas qu’elles finiraient en chant de louange à la gloire de leur bienfaiteur, devraient servir d’illustration au bon cœur de notre abbé Pierre local. Un bienfait, dit-on n’est jamais perdu. On s’est désormais qui escompte tirer profit de sa propre générosité.

Mais au-delà de l’auto-glorification indécente de cette rubrique « bienfaiteur de la veuve et de l’orphelin »,  subsistent des questions qu’il conviendrait que le député éclaircissent.

Si monsieur a vraiment distribué 400000 euros, n’eût-il pas été plus simple de faire un tableau récapitulatif de tous ses dons sur 5 ans ? Le double avantage en aurait été que nous aurions la preuve de la réalité de la hauteur des subventions accordées, car il est légitime d’en douter, nous qui fréquentons tant d’associations; mais nous pourrions aussi nous faire une idée plus exacte des associations que monsieur choisit de soutenir. Car après tout, il s’agit là d’argent public, et il n’est pas interdit au citoyen de s’inquiéter des critères de sa distribution.

Autre question. Monsieur le député ayant choisi de publier des lettres de remerciement pour preuve de son soutien aux associations, pourquoi a-t-il choisi de ne pas publier des lettres de ses premières années de mandat (2007-2008-2009) ? Les  associations subventionnées avant 2010 ne connaissent-elles pas la politesse de la lettre d’action de grâce ? Est-il illégitime de penser que ces lettres n’existeraient pas en réalité, ou si peu, et que la réserve parlementaire n’aurait servi qu’à arroser abondamment les deux années précédant les législatives ? Là aussi un tableau récapitulatif de toutes les subventions accordées depuis 2007 eût été plus éclairant pour le citoyen électeur, évitant un tel soupçon.

Otez-nous d’un doute, monsieur le député : publiez la liste intégrale de toutes les subventions que vous avez accordées ces 5 dernières années.

Commenter cet article