Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

A cor et à cri, le député sortant d’Asnières Colombes sud, réclame la reddition de son ennemie intérieure, accusée avant l’issue fatale, de faire la courte échelle à Sébastien Piétrasanta, le candidat socialiste. Un sondage récent du Journal du Dimanche a en effet laissé entendre des présages bien sombres pour celui qui, il y a quelques mois encore, nous parlait de son mandat comme d’une propriété privée.

Les gros titres des journaux ont mordu dans cette propagande, titrant plus sur le ratage de Yade que sur le déclin de l'ancine Sarkoboy. N'est-ce d'ailleurs pas la preuve que la presse a déjà fermé la page du sortant ?

Celui-ci aurait en tout cas tort de s’en prendre à un autre qu’à lui-même, si ce qu’annoncent les augures venait à se réaliser.

En 2008 il perdait la ville avec l’aval d’une partie de la droite républicaine  rêvant d’une autre démocratie locale. L’un de ses principaux acolytes le quittera dans la foulée. C’était le début d’une lente et longue débandade autour de celui qui peu à peu n’apparaîtra plus comme le chef incontesté d’une droite locale qu’il a contribué avec efficacité à diviser. A ceux qui l'ont lâché ou qu'il a lâchés avant les municipales, se sont ajoutés depuis une longue liste de conseillers municipaux démissionnaires ou ayant choisi de s'émanciper de sa tutelle.

Les mauvaises langues disent même qu’il ne s’est maintenue à la tête de l’UMP locale que grâce au concours d’une armée militante que d’aucuns qualifièrent à l’époque de légion étrangère. Bref il a beaucoup perdu et on lui prête même d’avoir fait perdre son camp lors des cantonales de 2011.

Alors, quand, jouant la « la veuve effarouchée », il appelle Rama Yade à retirer sa candidature sous peine de faire perdre la droite quelques rappels s’imposent :   

  • Yade n’était pas là quand il a perdu la mairie.
  • Elle n’était pas là quand gauche et écologistes sont passés devant l’UMP aux européennes de 2009 dans notre ville.
  • Et si Yade était bien sur la liste des régionales 2010, c’est la femme du député qui faisait campagne à Asnières quand la liste UMP fut rétamée dans les grandes largeurs sur la circonscription.
  • Yade n’est pas davantage responsable de la déconfiture infligée au camp du sortant aux cantonales de l’an dernier.
  • Et enfin, malgré le soutien de Yade à Sarkozy, celui-ci était derrière Hollande sur la circonscription.

C’est sans doute trop demander au député sortant que de faire son propre examen de conscience afin de mettre le doigt sur ce qui lui a fait perdre la main sur sa circonscription. Et pour ne rien vous cacher, je n’ai rien à battre de son examen de conscience ou non. Mais ce qui m’importe, c’est que ses cris d’orfraie et son procès en sorcellerie contre la Yade ne viennent pas masquer la réalité d’un homme politique en perte de vitesse, incapable, ni par son charisme, ni par son autorité, de s’imposer dans son propre camp.

Nous autres asniérois ne voulons pas d’un député contesté jusque dans son propre camp. Et nous le ferons savoir les 10 et 17 juin prochain en choisissant un homme qui lui, fait l’unanimité autour de lui, un homme soutenu par l’exécutif national.

Asnières préfèrera, j’en suis certain, un député qui monte, plutôt qu’un député qui n’en finit pas de descendre.

Commenter cet article