Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GOMEZ FELICIANO

« Contrairement à ce que dit l'idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas. Celles qui défendent l'humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient. »

Par cette nouvelle saillie, l’homme de grande culture, on l’ignorait, qui préside aux destinées de notre sécurité, vient de faire un pas de plus vers l’extrémité de la droite républicaine. Cette marche à pas cadencés, dont le bruit des bottes nous parvient dans un rythme de plus en plus accéléré, n’est pas qu’une nouvelle tentative de M. Guéant pour attirer à Sarkozy le vote frontiste. Cette déclaration n’est pas que tactique. La répétition des déclarations du genre ne peuvent plus nous laisser de doute sur le fond de la pensée de Guéant. C’est un fait établi désormais pour moi : M. Guéant a achevé son coming out extrêmement droitier.

Mais nous aurions tort d’entendre et de comprendre cette  déclaration dans la seule monophonie du discours de Guéant. L’acte fondateur de ce déchainement est dans le discours de Dakar du président Sarkozy amplifié par le discours de Grenoble. La stéréophonie des discours du président et de ses ministres, les actes qui l’ont illustrés tout au long du mandat (le débat sur l’identité nationale n’en est pas le moins significatif),les déclarations de plus en plus extrêmes des membres du gouvernement, tout ceci  doit achever de nous convaincre qu’une idéologie infra-républicaine s’est emparé du pouvoir et qu’une droite obscurantiste et conservatrice ambitionne de se maintenir au pouvoir en sollicitant les instincts les plus bas tapis dans l’ombre des subconscients de notre peuple, comme ils le sont dans tous les peuples de la terre. Les fractures et blessures induites par la grande crise que nous traversons, les fragilités qui en résultent ainsi que les inquiétudes induites, sont un terrain fertile pour les manipulations les plus cyniques. Diviser une Nation dans les circonstances présentes et dresser ses enfants les uns contre les autres est chose aisée. Ceux qui choisiront cette solution de facilité, un jour ou l’autre, devront en rendre compte devant l’Histoire.

La civilisation, que dis-je, les civilisations des peuples sont ainsi faites. Elles ne pardonnent jamais à ceux qui les détournent de leurs objectifs : la promotion des personnes et des sociétés. Il peut se trouver au cœur d’une civilisation, des hommes assez géniaux pour entraîner tout ou partie des masses, pendant des temps plus ou moins longs, dans des errances de tous ordres et parfois lourds de conséquence pour l’humanité entière. Mais il s’est toujours trouver au cœur des civilisations du monde, sous peine de périr, des hommes et des femmes de caractère pour s’élever et vaincre le mal qui mine leur culture et retrouver le sens et les valeurs qui ont fondé leur existence commune.

J’affirme que ceux qui donneront foi aux éructations de Guéant nuiront plus sûrement à notre civilisation que ceux que notre croisé entend combattre en allant exciter quelques étudiants écervelés dont on connaît bien les manières. Eric Raoult, un autre prédicateur de cette sauterie, n’a-t-il pas affirmé lors de la même réunion : « Ce que j'ai appris à l'UNI, c'est quand on se fait casser une dent, on répond en cassant la gueule. »

Heureusement, M. Raoult n’est pas représentatif de notre civilisation. Car alors, il serait un beau spécimen de notre décadence. Rendez-vous compte. Quand Moïse intima à son peuple la loi du talion (« œil pour œil, dent pour dent »), il marquait une vraie rupture de civilisation en promouvant une certaine forme de justice, même imparfaite, face à la tradition de la vengeance aveugle. Le christianisme, à la suite de son fondateur,  fera prévaloir le pardon sur cette justice. M. Raoult, en se glorifiant de son apprentissage de la violence aveugle et vengeresse à l’UNI, une gueule pour une dent, peut-il se réclamer de la même civilisation que nous, cette civilisation occidentale pétrie de christianisme et, par bien des aspects, de valeurs évangéliques ?

Une civilisation ne vaut pas relativement à une autre. Elle est un ensemble de valeurs morales, culturelles, sociales, politiques, économiques dont la cohérence se déploie de manière intrinsèque, y compris lorsque des moments troubles de l’histoire obscurcissent celles-ci à la faveur du triomphe, même majoritaire et durable, d’éléments réactionnaires. Nous serions bien en peine de réduire la civilisation chrétienne aux massacres perpétrés par les conquistadores en Amérique latine ou les par les colons en Afrique, aux longs siècles de réduction à l’esclavage de tout un continent, aux bûchers allumés à travers l’Europe pour réduire au silence la science et la culture, aux croisades meurtriers, aux guerres opposants les chrétiens de confessions différentes entre eux... Et si notre brillant Occident a enfanté Hitler et Staline, et dans une beaucoup moindre mesure Guéant et Raoult, nous aurions tort d’en conclure qu’une telle civilisation a moins de valeur que d’autres.

La courte vue et l’étroitesse culturelle peuvent constituer une excuse pour proférer des énormités. Tenir ces énormités pour vérité, voilà le péché fondamental contre la civilisation. Les talibans commettent ce péché contre la grande, vieille et belle civilisation afghane. Les ayatollahs commettent ce même péché contre la multimillénaire civilisation perse. Les islamistes algériens et leurs adversaires de jeu qui tiennent le pouvoir à Alger, commettent ce même péché contre les civilisations berbères et kabyles…

A l’heure où, ici et là, des peuples se soulèvent pour dissiper les obscurités où des pouvoirs corrompus les ont confinés ; à l’heure où, pour certains, la fraîche conquête de leur liberté les confronte brutalement à la confiscation de leur fragile espérance par des illuminés de tous ordres qui les menaces d’heures plus sombres encore, nous qui savons le prix que nous avons dû payer, avec le concours de toutess les civilisations du monde, pour sauvegarder nos valeurs, nous devrons plus que jamais nous méfier de tout discours visant à nous placer au-dessus de quiconque. Les civilisations meurent toujours par péché d’orgueil.

S’il existe un danger pour menacer notre civilisation aujourd’hui, cela ne m’étonnerait pas qu’il ait un visage de ministre de l’intérieur.

Commenter cet article

proposal for phd thesis 19/11/2014 15:56

Ce est la réflexion philosophique assez de votre part! Tout de même, vous pouvez être sûr que plus jamais être en mesure de réécrire l'histoire vous-même!

freelance proofreading 13/11/2014 16:11

Ces déclarations doivent être prises lentement et progressivement! Tout de même, il est important de travailler avec des documents!

essay rewriter 10/11/2014 15:54

Cette promenade est vraiment très positive m'a influencé! Je souhaite que je reçois si souvent Select est sélectionné!

COMLAN Claude 06/02/2012 20:29


Je pense que Guéant a raison parce que sa civilisation a lui qui mène notre humanité dans le mur ne vaut pas la mienne plus soucieuse de l'humanité dans l'homme que de matérialité.